Les technologies futuristes du Capricorne !

Si, dorénavant et dans le futur, les super-pouvoirs Capricorne ne sont pas développés, quelles seront les technologies qui les remplaceront pour le meilleur et pour le pire ? Nano-implants à contrôle temporel, cryogénisation planétaire, cristaux techno-magiques,… Lisez la suite du deuxième volet de notre méga-dossier !


Sommaire :


I.A : Immortalité Artificielle

Les maîtres-à-penser transhumanistes se voient déjà comme les derniers jalons de l’évolution darwiniste. Ils se placent d’emblée au sommet de toutes les pyramides. Surtout celles dont le pyramidon technologique est censé dominer toutes les autres. Chaque jour, ils pensent à la transcendance de leurs conditions terrestres et planifient leurs accessions à ce qui sera demain l’élite cosmique administrant autant les masses humaines que les légions robotiques. Ils ont déjà un nom. Un nom qui instituera leur prévalence académique sur le reste de l’univers : les Extropiens. Et pour assurer leur règne, ceux-ci comptent avant tout sur la pure spoliation d’une des facultés psychiques les plus emblématiques du symbole capricornien, celle faisant de leurs possesseurs de potentielles créatures divines et éternelles. Ainsi, ces extropiens chercheront à atteindre la même immortalité que ces disciples suprêmes de Saturne, mais par le prisme dogmatique du Dieu High-Tech.

Pour ces chantres de l’immortalité artificielle, l’accaparement de l’énergie capricornienne ne doit pas s’arrêter aux matos électroniques et aux assistances techniques du deuxième pré-millénium. Prolonger la durée de vie de quelques années supplémentaires, c’est pour eux de l’ordre de la préhistoire, de l’antique et même, d’une certaine façon, de l’irrationalité la plus démente ! De l’implantation de gênes de méduse aux générateurs de biostase en passant par l’injection d’additifs liquido-conservateurs remplaçant en partie le sang, il est vrai qu’une myriade de solutions du futur enterreront pour longtemps les vieilles reliques technologiques actuelles.

Les traders en seront d’ailleurs les premiers ravis. Car l’ouverture d’un nouveau « marché de l’éternité » promettant d’exploser les chiffres boursiers du CAC 40, c’est l’assurance de week-end dorés ! Seulement voilà, les Goden Boy de Wall-Street déchanteront vite puisque fidèles à la logique du père Saturne – qui n’est pas là pour sabrer le champagne à la moindre montée euphorisante d’une économie emballée – « les puissants de ce monde » feront tout pour réguler la démocratisation de tous ces produits « anti-âge ». Ils les rendront rares, chers et peu accessibles.

Leur intention ? La même depuis des milliers d’années : maintenir la sujétion empirique des dominants grâce aux avancées scientifiques du Capricorne. De cette façon, ils garantiront encore à l’avenir la pérennité des inégalités entre des oligarques richissimes devenus des Immotechs tout-puissants et le reste de la plèbe, maintenu dans une relative pauvreté, technologiquement démuni et donc soumis à une mortalité la rendant esclave de ceux qui ne le seront plus. Nul doute que les bâtiments les plus sécurisés du monde seront ces prestigieuses mais confidentielles enseignes où les multimillionnaires feront leurs shoppings de pilule haute longévité et les membres de l’élite mondiale leur passage à la chambre technico-médicale de manipulation moléculaire, celle-là même qui leur permettra définitivement de ne plus vieillir. En cela, la nouvelle propaganda patricielle sera bel et bien « travailler plus, travailler dur, très dur, pour goûter aux joies célestes de la technologie Immortality ». Quitte à y laisser sa vie, ajoutait le petit astérisque en bas de l’écran digital transparent…

k

Faucheuse 2.0

Assis seul dans son bureau du troisième millénaire ou assis au sein d’une réunion d’un conseil d’administration située au 157 ième étage d’une tour hyper-moderne qui en compte le double, le tatouage animé du poignet gauche rappellera à tous les percées terrifiantes de l’eugénisme socio-tech. Associées aux technologies canceriennes, celles du Capricorne établiront une régence millimétrée de l’ordre sociétal avec son douloureux programme de contrôle des naissances, sa planification d’organismes vivants spécialisés et sa gestion rigoureuse des mortalités prédéterminées.

L’enfant « made in baby factory » se verra automatiquement attribuer sa fonction sociale prioritaire, tandis que l’enfant conçu naturellement verra sa carte génétique analysée dans les moindres détails. Et, à partir de là, il se fera implanter une puce électronique mettant systématiquement en sommeil ses facultés psycho-physiologiques les plus faibles au profit d’une optimisation de celles étant les plus efficaces.

Mais dans tous les cas, nous aurons tous ce compteur alphanumérique imprimé sur la peau et affichant en permanence le décompte du temps qui nous restera à vivre. Dès le berceau, nous connaitrons l’heure de notre propre mort ! Il n’y a pas à dire, l’organisation démographique assistée par ordinateur sera aussi « belle, propre et réglée comme du papier à musique » que la plus magnifique des équations élaborées par l’Architecte dans Matrix.

« Durée de vie ajustée… »

Cependant, les algorithmes capricorniens seront sans doute plus souples qu’ils n’y paraissent comme ça au premier abord. Saturne est juste, droit et donne même de maigres compliments lorsque nous bossons impeccablement comme des tarés. En cela, malgré nos conditionnements de départ et selon nos actes, nous pourrons repousser ou accélérer l’arrivée de notre date de péremption ! Bon, en réalité les bonnes ou mauvaises actions seront surtout jugées à l’aune de la moralité du système en place. Une dévouée allégeance à la pensée unique ajoutera quelques années de vie au compteur, alors que le sabotage d’un rutilant robot-douanier les réduiront à néant. Même la monnaie virtuelle en vigueur sera un jour ou l’autre remplacée par ce fameux « temps de vie », trésor si précieux aux yeux de Chronos.

Tout sera payable en temps. Salaires de fonctionnaires et revenus de PDG, restos trois étoiles au sommet de la montagne et cagette de pommes de terre OGM, cargo de luxe et rafiot à l’antigravitation difficile. Au bout du compte, plus nous serons riches en temps, plus nous nous rapprocherons des immortels Highlanders. Moins nous en aurons, plus nous bataillerons pour en avoir : nous serons un peu comme tout le monde, nous n’aurons pas forcément envie de mettre un pied trop tôt dans la tombe ! Évidemment, technologie capricorne oblige, ces nanopuces temporelles auront droit à leur package informatique censé les rendre « incrackables ». Car soyons-en sûr, les pirates du temps s’acharneront à allonger leurs « timebank » de plusieurs chiffres et à diminuer ceux de leurs adversaires à cinq minutes…

« Transfert de karma en cours… »

Mais cet éléctro-bracelet au fatal compte à rebours nous poursuivra même par-delà la mort ! Oui, les inventions sous l’égide de Saturne aiment bien faire les choses jusqu’au bout. Ici, ces minuteurs luminescents seront dotés d’une discrète fonction permettant de parfaire le contrôle sur la cyclicité des individus au sein de sociétés s’étalant sur des éons. Pour ce faire, le processus sera simple. La petite bête technologique implantée dans le corps dès la naissance numérisera également tous nos faits et gestes pour être ensuite enregistrés dans de gigantesques banques de données chronomanciennes. Suite à notre mort, des capteurs sécréteront des substances psychiques très particulières à même de « coller » l’âme. Le but étant de déposer des balises éthériques capable de déceler la signature karmique de n’importe quelle âme. Ainsi, une fois que celle-ci se réincarnera dans un nouveau corps, la machinerie logicielle des banques chronomanciennes pourra en analyser les vécus antérieurs et donc en déduire logiquement le nouveau « temps de vie ».

Le parfait enchaînement multimillénaire des hommes et des femmes via une simple série de nombre ! D’ailleurs, le hacking du millénium sera certainement décerné à celui ou à celle qui fera crasher ces immenses « Clock of Destiny » high-tech ultra-protégées et dont le « fail » spectaculaire remettra tous les karmas à zéro ! En attendant ce futur événement libérateur, les bombes temporelles qui figeront le temps pour quelques heures auront la côte…

gfh

« Tous au Freezer ! »

Néanmoins, des serfs en pleines formes et « durant » plus longtemps, ça sera toujours mieux que des travailleurs de 86 ans se plaignant encore d’être affaiblis, épuisés et proches d’une productivité égale à zéro. Pour cette raison, une partie du grand public aura aussi droit à des solutions modernes qui ne seront pas exclusivement réservées au club fermé des cents personnalités les plus fortunés du globe. Une, en particulier, se rapprochera à sa manière des ImmoTechs : la prometteuse cryogénie. Car comme le disait sagement les Anciens et avec eux Saturne, le froid ça conserve ! Mais à l’évidence, nous avons déjà aujourd’hui nombre de « systèmes de refroidissement » : du frigo-congélateur domestique aux climatiseurs ingénieux, de la réserve mondiale de semences creusée à flanc de montagne norvégienne au canon à neige, de la cryothérapie aux ordinateurs à « extreme cooling ».

En outre, dans ce domaine, les technologies capricorniennes n’ont pas chômées. Elles sont mêmes devenues extrêmement performantes. Les immenses chambres froides stockent nos milliers d’aliments sur des durées de plus en plus longues, les traitements de soin par le froid – soulagement des douleurs, hypothermies thérapeutiques,… – deviennent nombreux, les pistes de ski sont désormais construites non loin de déserts arides. Et, pendant ce temps-là, tout androïde nouvellement sorti d’usine verra ses « rêves » de circuits et de batteries refroidis réalisés parce que, c’est comme ça, c’est dans leur nature, dès que les 0 et 1 s’excitent un peu, ils chauffent très rapidement !

Demain, au-delà des gélifiants « brûlant » automatiquement les verrues, les cures de bains glacés donnant du peps à nos chères cellules immunitaires et les ceintures lipocryolisées faisant perdre quelques kilos en trop, les futures vedettes de ces technologies capricornes seront surtout liées à la conservation hyper longue durée. Du genre « ad vitam æternam ». Dans les luxueux centres de cryogénisation à l’ambiance légèrement bleutée, vous trouverez toujours alignés en rang serré les derniers modèles de capsules d’hibernation, aux designs épurés et classieux, emplis d’azote liquide et de neige carbonique, ressemblants fort aux couveuses matricielles cancériennes et qui feront de nous des momies givrées cyber-tendance. Idéal pour ne pas prendre une seule ride lors des longs voyages spatiaux à des années-lumières de chez nous. Ou pour programmer un petit somme prolongé dont le réveil coïncidera avec l’icecue party de ses arrières-arrières-petits-enfants alors que nous aurons nous-même qu’un siècle ou deux dans les pattes !

De quoi se laisser aussi tenter par le futur marketing de la filière cryogénique sonnant comme du verre cristallin : « louez la nouvelle version FrostBox A-83, une simili-immortalité pour un peu de fraîcheur ». Même le monde carcéral « Poissons » pourrait être séduit. Imaginez alors une série de prisonniers, comme des Han Solo pétrifiés dans des blocs de carbonite, et envoyés ensuite sur des planètes de glace ! Les condamnations à perpétuité sur Pluton trouveront ainsi probablement tout leur sens…

« Glaciation imminente… »

Toutefois, c’est dès que nous serons alertés par les prémisses annonciatrices de catastrophes majeures – la plupart du temps détectés par des robots dédiés à cette tâche spécifique – que la puissance des complexes de cryogénisation capricorniens sera vraiment impressionnante : ils ne seront pas exclusivement à fonctionnement individuel mais aussi à portée collective, urbaine, massive. Il suffira juste d’une de ces notifications de vigilance cataclysmique sur son smartphone pour que toutes les villes estampillées « Arche de Noé » – en lieu et place de « ville fleurie »activent l’automatisation de la procédure de quarantaine glaciaire et cryogénisent assez rapidement toute vie citadine, incluant nature, immeuble comme population. Les villes ainsi « freezées » n’auront alors plus qu’à attendre « que l’orage passe » !

Puis un beau jour, une fois que les mini-capteurs enfouis sous terre auront décelés des conditions environnementales revenues à la normale, ceux-ci n’auront plus qu’à envoyer un signal aux machines infra-structurelles en veilleuse afin qu’elles puissent enfin déclencher la mise en œuvre de décongélation totale des métropoles endormies. Et les habitants de retrouver leurs petites habitudes après avoir grelotté pendant plusieurs décennies ! La superbe prévoyance technologique capriconnienne nous sauvera bien la mise. Peut-être nous sauvera-t-elle même d’une probable extinction définitive !

Par ailleurs, comme avec le Capricorne ce n’est jamais assez « safe », des cités gelées situées en Antarctique permettront également de confiner en permanence toutes sorte d’organismes et de choses vouées, un jour ou l’autre, à totalement disparaître de la surface de la terre. Des plantes, des animaux, des technologies, des robots, des « super-pouvoirs » ou que sais-je encore, mais qui, grâce à ces cités enneigées et éternelles, survivront et pourront être « ré-essaimés » à des moments plus propices ou dans d’autres endroits du cosmos. Afin que malgré la mort, la vie perdure toujours…

Ah, désolé pour l’interruption, mais je viens de recevoir un message important pour les humains du futur : il y aurait des bouchons à prévoir sur les portails téléportatifs Sagittaire de NéoParis en vue de la prochaine apocalypse pandémique estimée par nos IA à quelques centaines d’années ! Tout le monde veut atteindre la ville avant congélation ! Le plan B ? Avoir prévu dans le hangar une belle corvette spatiale prête à décoller pour la planète la plus proche !

Forteresse des temps futurs

Ceci étant dit, entre les bunkers anti-atomiques à déploiement rapide, les monuments qui absorbent les charges sismiques et les antennes-boucliers protégeant des rayons cosmiques, nos métropoles auront déjà de quoi parer aux menaces les plus courantes sans déclencher tout le barda cryogénisant. Les supers-structures capricorniennes de nos grands ensembles architecturaux s’occuperont de gérer rigoureusement tout ça sans que personne ne soit réellement dérangé dans son quotidien. Par exemple, au milieu d’édifices transmutant le carbone en diamant et de pyramides en suspension dépolluant l’air, les cosmopolitains du futur resteront relativement calmes et silencieux pendant que le gigantesque anneau-barrage orbitale entourant la terre sera tranquillement en train de désintégrer une météorite « destructrice de monde » !

Mais le plus spectaculaire sera surtout que nos capitales high-tech et nos provinces urbaines auront un niveau de résilience encore jamais vu : sans intervention humaine, elles seront vraiment durables, continueront à fonctionner toutes seules malgré des perturbations inévitables et retrouveront systématiquement, à un moment ou un autre, leurs capacités originelles. Les villes-citadelles himalayennes situées à 5000 mètres d’altitude auront leur décorum de bâtiments géothermiques ultra-basse consommation construits avec des matériaux impérissables. Les mégalopoles africaines seront autosuffisantes avec leurs toits solaires, leurs murs refroidissant et leurs façades thermoplastiques.

Et puis bien sûr, de la Californie au Japon, toutes les régions cyborgs seront parcourues d’immeubles holographiques géants, de chantiers innovants à n’en plus finir, de nuages artificiels générant des flocons de neige pour Noël, de drones auto-constructeurs, d’ascenseurs spatiaux extraordinaires ou encore de routes en quartz alimentant entièrement en énergie toutes les Smart-City du coin ! Avec les technologies « Capricorne », toutes les villes seront autonomes et, elles aussi, quasi-immortelles.

sdf

Refuge numérique

Cependant, pour la sphère souveraine extropienne, le summum de la « conservation » passera peut-être par une autre voie : la voie numérique. Car, miracle ou damnation technologique, après notre mort, nos avatars online – basés sur nos propres schémas comportementaux et alimentés par les likes, les vues Youtube et autres achats sur Amazonpourront prendre le relais de nos vies virtuelles de façon automatisée comme si nous étions encore en vie ! Bon, bien sûr, pour cela il aura fallu auparavant en donner l’autorisation par e-testament, mais au post vingt-et-unième siècle quelques clics suffiront pour conclure ce type de formalité administrative.

Même les partisans du bioconservatisme « prolife » n’échapperont pas forcément à la numérisation mortuaire. Qui pourra réellement résister à la possibilité d’offrir une plaque de marbre diffusant en boucle l’holo-film des meilleurs souvenirs de son parent décédé ? Qui nous empêchera d’aller au cimetière robotique où reposera notre vieux DoggyBot pour encastrer dans sa pierre tombale ses os électroniques préférés ? Qui n’appuiera pas sur le bouton de l’urne funéraire pour faire réapparaître l’hologramme multisensoriel de son conjoint parti trop tôt ? Peu de personne. La tentation de regarder ces replays expérienciels après le Game Over final sera tellement forte !

Everest robotique

Mais cette pseudo cyber-immortalité sera évidemment très loin d’être satisfaisante pour nos aspirants à la divinité du tout-technologique. Voyons ! L’élite aspire à mieux. L’élite aspire à transcender un corps périssable autre que par le soutien de la médecine biotech. L’élite aspire à l’éternité sans avoir à « se cailler les miches » par la cryogénisation. L’élite, enfin, aspire à la pérennité absolue sans à devoir être relayée un jour par une entité facebookienne indépendante.

Eux, ce qu’ils veulent, c’est que les technologies capricorniennes réussissent à numériser puis à dupliquer leur conscience sur n’importe quel support informatisé afin que celle-ci puisse toujours demeurer quelque part et traverser les époques. Sur une clé USB abandonnée ou à l’intérieur d’un golem mécanique un peu rouillé, peu importe à partir du moment où ils pourront déporter leur conscience dans une carcasse technologique, toujours moins fragile qu’une matière susceptible de maladies, de décomposition et de mort, même soutenue et prolongée par la magie moléculaire.

Finalement, quel que soit le corps, un organisme biologique de chair et de sang ou un robot métallique composé de silicium, de quartz et de circuits imprimés, le « véhicule » pourra mourir tandis que la conscience, si elle a pu être sauvegardé dans un bout de programme informatique, pourra rester éternellement éveillée, active, vivante. Ainsi, ces entités numérisées survivront à tout en se réfugiant dans les dernières évolutions high-tech et dans des robots hautement performants, anthropomorphes, robustes, avec des pièces facilement interchangeables et surtout une protection informatique à toute épreuve.

Branchées sur les bons réseaux, ces consciences extropiennes exportées dans l’univers des flux électroniques pourront donc, à tout moment, s’autotransférer à une vitesse supraluminique vers le modèle T-1000 flambant neuf ou sur le serveur d’un centre de commandement militaire situé à l’autre bout de la galaxie ! Le salut transhumaniste des Highlanders cyborgs sera bel et bien de carrément balancer l’intégralité de leurs consciences dans des machines ultra-sophistiquées. Plus précisément dans des androïdes fait de métamatériaux hyper-résistants, d’énergie plasmique et de capacités quantiques hors-normes !

k

Ultimate Armor

Pour tous les autres, ceux constitués d’un corps fragile à la texture molle, c’est-à-dire nous, l’ensemble de la « populace », nous aurons seulement l’obligation de nous trimballer dans de lourds et poussiéreux exosquelettes. Bon, pas de quoi crier au scandale non plus, ces golems d’acier seront malgré tout assez souples aux vues de leur alliage, particulièrement solides, souvent très utiles pour le déblayage minier ainsi que pour porter d’énormes poutres en adamantium et construire d’impressionnants buildings de 1326 mètres de hauteur. Toutefois, nous les trouverons tout aussi bien devant les institutions de l’Élysée, les StarGates des spatioports ou en pleine guérilla urbaine repoussant des vagues de manifestants anti-immotech !

Aux couleurs marsiennes (Mars exalté en Capricorne), ces engins se transformeront en char d’assaut kaki ultra-blindé et équipé de toute la panoplie nécessaire de lances-givre, de boucliers ignifuges et de Gatlings lasers ! C’est sûr qu’à côté de nos renforçeurs osseux, nos crèmes dermiques qui changeront notre douce peau en peau de croco’ et nos vêtements en soie d’araignée « biosteel », on fera peut-être pâle figure, mais au quotidien, ces discrètes et humbles armures bioniques seront sûrement nos meilleures assurances-vie !

À l’avenir, c’est même tous les systèmes embarquant un tant soi peu d’électronique qui seront globalement mieux « cadenassés ». En cela, la porte blindée coupe-feu avec isolation phonique, la Cadillac en nanotube de carbone immunisée contre les armes chimiques, le Smartphone antichoc ou encore la combinaison en Kevlar anti-froid, ne reconnaîtront qu’une seule chose pour être utilisés : notre signature éthérique couplée à la vérification ADN. Une protection unique normalement infalsifiable !

Cependant, ce ne sera pas parce que nous pourrons nous procurer tout l’attirail de la BatCaverne que nous ne serons pas sans talon d’Achille. Nous mouvant dans des mondes numériques malgré de précieuses cuirasses robotiques, nous craindrons par-dessus tout que nos doubles virtuels soient totalement supprimés par les révoltés du mulot. Surtout, si il n’y a plus que ce double qui est en vie ! Heureusement, qui dit technologies capricorniennes dit sécurisation maximale. En complément aux antivirus et autres cleaners cérèsiens, elles bloqueront absolument tout à triple verrou à l’aide de firewall électromagnétique ne laissant passer aucune possibilités de piratage, que ce soit au niveau software ou hardware. Hébergés dans ces coffres-forts électroniques, nous seront donc potentiellement « intouchables » d’un point de vue numérique. Une tendance que s’échineront à inverser les troupes d’IA scorpionnes

Pierre de protection

Mais il y a bien une chose, secrète, non divulguée et bien gardée par leur détenteur, qui pourrait bannir le terme « potentiellement » du vocabulaire capricornien. Une chose qui pourrait remplacer toutes les protections citées plus haut avec un taux de fiabilité de 100 % ! Cette chose, ce sera une technologie capricorne capable d’éveiller les propriétés magiques des minéraux, puis d’en exploiter les vertus. De la sorte, quelques revendeurs de cailloux auront exceptionnellement en arrière-boutique la pierre, la gemme ou le bon morceau de roche ayant les facultés technomagiques demandées. Et question protection justement, on aura droit à certaines pépites !

Là, par exemple, le pendentif high-tech en obsidienne noire et infusée d’une substance asurique fera très bien l’affaire pour nous métamorphoser en bastion imprenable puisque tout ce qui se trouvera autour de nous sera ainsi neutralisé ! Les systèmes électriques, les différents types d’ondes, les projectiles « intelligents », les attaques psychiques, les autres minéraux cosmiques, les super-pouvoirs d’autrui. Tout. Autant dire que face à une personne possédant une rarissime collection électrodynamisée d’œil de tigre, de labradorite et de tourmaline, ça sera comme faire face à une muraille invulnérable. Même le cristal Kyber d’un sabre-laser sera ainsi désactivé à l’approche d’un tel collectionneur, c’est dire !

m

« Il était une fois… »

Avec Saturne ayant donné une nouvelle dimension spatio-temporelle à tous les calendriers planétaires, les expériences humaines seront nécessairement abordées avec des perspectives chronologiques plus poussées qu’à l’âge d’or des smartwatch, ces montres « connectées » dotées de tout l’attirail technologique du XXème siècle – étanchéité incroyable, verre inrayable, fonction GPS, etc.

Munis de bracelets holographiques capables d’afficher en temps réel les grands cycles universels, les « ères », la précession des équinoxes, le mouvement des planètes ou l’ensemble des rouages cosmiques, les hommes et les femmes de demain auront ces sortes de mini-astrolabes 3D ultra-perfectionnés les aidant à évoluer sur des échelles de temps et d’espace beaucoup plus grandes qu’à l’heure actuelle. Le Capricorne aime avoir ce recul, cette objectivité et ces points de repères fiables dans un contexte nettement plus large. Et pour lui, comme comprendre l’historicité des événements, c’est prévoir le futur et mieux préparer le présent, son influx technologique nous permettra de naviguer virtuellement dans le passé.

En ce sens, ces bijoux du futur ne seront pas seulement des almanachs high-tech à la datation galactico-horaire incomparable. Ils feront aussi offices de décodeurs génétiques à vocation cybergénéalogique. Un petit coup de molette digitale au 05 janvier 1974 à 14 heures 32 minutes 46 secondes et, magie de l’horlogerie de pointe, la montre déclenchera toute la puissance du tic-tac électronique, tout en se synchronisant instantanément sur le patrimoine génétique de son porteur, puis retransmettra sensoriellement cet ancien départ fatidique hors du foyer familial pour une vie recluse en Inde auprès de Shiva. Mais nous aurions tout aussi bien pu sélectionner la fenêtre de temps correspondant aux aventures de Pépé que le moment-clé de sa vie antérieure chez les moines tibétains !

En l’occurrence, grâce à cette montre permettant la rétro-vision, il n’y aura plus de difficultés pour connaître directement les expériences de ses ancêtres, le vécu de sa culture d’origine, les raisons de ses échecs personnels ou le pourquoi d’un blocage affectif lié à l’enfance. Il suffira juste d’un simple retour-arrière pour en prendre conscience ou faire les bilans qui s’imposent. En remontant à la cause de ses problèmes ou à la source de ses racines, on comprend beaucoup de choses, dixit Saturne…

History Channel

Pourtant, en termes de « remote past », il n’existera pas que ces montres à usage somme toute très personnel. Casques VR (Virtual Reality ) posés sur la tête et branchés sur la connaissance numérisée des cents derniers millions d’années ainsi que la méga-mémoire de l’humanité, tout à chacun pourra également parcourir dans un univers immersif sa période historique préférée. Encore mieux, avec de petits scanners mobiles à rayons X, nous pourrons analyser n’importe quel vestige du passé et en avoir instantanément le compte-rendu tridimensionnel : composition particulaire, datation, reproduction holographique totale, etc.

Ainsi, en scannant un simple ossement d’un mutant radioactif de la ville détruite de Hong-Kong, vous en aurez tout le curriculum vitae en holofilm. Les restaurateurs d’art et les droïdes-archéologues, les antiquaires et les intelligences artificielles biographes, les paléontologues et les géobiologistes technologiquement suréquipés, seront au paradis !

Peut-être même qu’en ayant sous les yeux la genèse de certaines catastrophes civilisationnelles et le karma obscur de générations entières, certains individus responsables s’empareront des raisons de ces désastres passés pour en tirer des leçons significatives et éviter des drames collectifs ultérieurs. Oui, parce que même si c’est divertissant de voir le revival du déluge en image de synthèse, de jouer à la chasse au Diplodocus à dos de T-Rex ou de contempler les derniers instants de l’empire sino-américain avec une vision interactive à 360°, il faudra quand même penser sérieusement à ce que notre propre avenir ne reproduise pas les mêmes erreurs que dans ce passé plutôt, comment dire, très… chargé et parfois particulièrement sombre !

Machines temporelles

Mais au Ministère de Chronos, la femme en noir, reliée par menottes-laser à son attaché-case au code quantique réputé inviolable, détiendra probablement un objet très recherché et d’une surpuissance techno-temporelle rare. En tout cas, nettement plus que ces futuristes e-watch steampunk. L’objet en question, une petite boule de cristal entourée d’un champ d’énergie tachyonique dont la manipulation experte permettra de disposer des mêmes capacités psy que les super-pouvoirs d’un voyageur du temps ! Incorporée par exemple à la mécanique de la Harley-Davidson Sportster 90’s de notre agente saturnienne et, comme par enchantement, la mythique moto se transformera en une véritable machine à retourner physiquement dans le passé ! D’ailleurs, c’est aussi un des grands avantages des technos capricorniennes : c’est qu’elles se combinent en plus merveilleusement bien avec des plus anciennes. Une rétro-compatibilité exceptionnelle. Pas comme toutes ces inventions uraniennes !

En outre, grâce aux avancées génétiques et ces boules de tachyon, c’est bien tout le passé qui pourrait revenir dans le présent ! Ou dans le futur du passé ?! Enfin bref, dans ces conditions, la création de véritables Jurassik Park dans les rustres contrées de Saturne ne sera plus une vague utopie. Autant que l’apparition d’un clone de Jules César en plein péplum holographique « grandeur nature » ! En matière d’hyper-réalisme, les méthodes du Capricorne resteront reines ! De quoi mettre fin au nostalgique « c’était mieux avant » !

f

Retour aux autres technologies futuristes du zodiaque ici.

Accès aux super-pouvoirs « Capricorne » ici.

jl

Guillaume Cosnier – Tous droits réservés sur le texte.

www.cinquiemesoleil.com

fgh

Crédits illustrations et photographies : Julian Faylona, Obstination, Akira Wrong, Joe Peterson, Philox, Przemek Duda, Simon Stalenhag, Google Image, Pinterest, communauté Deviant Art.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous avez trouvé l’article génial ou, même mieux, l’ensemble des articles se trouvant sur ce blog vous plait un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ? Et bien alors n’hésitez plus à en soutenir l’unique auteur en lui offrant un sympathique petit don ! Oui, à la hauteur du prix d’une bonne tisane à la camomille, par exemple ! En vous remerciant d’avance pour votre généreux geste.


Participez à la vie du blog !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.