Les technologies futuristes des Poissons !

Si, dorénavant et dans le futur, les super-pouvoirs Poissons ne sont pas développés, quelles seront les technologies qui les remplaceront pour le meilleur et pour le pire ? Fusion plasmique, respirateur aquatique, engins hypermodulaires,… Lisez la suite du deuxième volet de notre méga-dossier !


AquaTech :

L’océan. Certains le prophétisent déjà : peut-être avant même l’ère spatiale promise par les avancées sagittariennes, la solution à nos problèmes terrestres pourrait bien provenir d’autres profondeurs. Rattachés symboliquement aux Poissons, les océans ont permis depuis longtemps aux technologies neptuniennes de se développer, de la frégate de Blackbeard au Calyspo océanographique du Commandant Cousteau, du vieux chalutier bardé d’outils électroniques (sondeurs multi-faisceaux, sonars et radars divers, GPS, bouées de localisation par satellite) aux immenses navires-usines contribuant à la surpêche, du scaphandre autonome aux furtifs sous-marins nucléaires. À l’aide de toutes ces inventions maritimes, hommes et femmes ont pu diversifier leurs alimentations, parcourir le globe à la rencontre de continents étrangers, étendre massivement leurs échanges commerciaux, approcher scientifiquement la faune et la flore des fonds marins ou encore… se planquer aux larges des côtes pour espionner leurs ennemis !

Et pourtant, nous savons encore très peu de choses des richesses dont regorgent ces océans. Les mers restent malgré tout mystérieuses. Elles cachent encore bien des secrets. Elles symbolisent toujours l’inconnu et l’espérance. Surtout comparé à l’étendue de nos connaissances purement « terrestres ». Mais demain, ce rapport Terre-Mer se rééquilibrera. Nous découvrirons davantage toute la puissance et le potentiel de l’univers de Neptune ; de l’univers marin.

À l’avenir, les algues qui envahissent nos plages deviendront la première source de protéine-plancton dans le monde, remplaceront une bonne partie du plastique et seront le carburant favori des écotech. Les poulpes soigneront de nombreuses maladies et allongeront notre durée de vie. Toutes sortes de moteurs fonctionneront à l’eau de mer. Le ver de vase fera faire des bonds de géant à la médecine grâce à son sang universel. Les hydroliennes situées en mer produiront une impressionnante quantité d’énergie. La bioingénierie des archipels artificiels permettra de s’adapter très naturellement à la montée des eaux. Les « Nautilus » de croisière pourront s’enfoncer profondément dans les abysses lors de tempêtes cycloniques. Ou encore, les barrières de filets à injection moléculaire purifieront les océans eux-mêmes. À l’évidence, ce retour aux sources – précisément là où aurait émergé la Vie – proposera nombre de solutions technologiques positives et pourra même être à l’origine du sauvetage salvateur de toute l’humanité !

Civilisation merienne

Au XXIIIiéme siècle après J-C, les capitales du monde ne seront ni Paris, Londres, Moscou ou Pékin mais bien d’immenses « Arches de Noé » enfouies au milieu du Pacifique ou nichées aux côtés de l’aimé Atlantide perdu. Avec la mélodieuse musique du « Grand Bleu » dans les oreilles, munis de respirateurs aquatiques ultra-perfectionnés ou de branchies implantées, les touristes du futur contempleront ces gigantesques cités sous-marines avec le même émerveillement que nos enfants devant les aquariums d’aujourd’hui ! Protégées par des bulles hydrostatiques, parcourues par divers engins bizarroïdes mi-organiques mi-synthétiques et aménagées de technologies neptunniennes hyper-avancées, ils y passeront leurs paisibles vacances, en profiteront pour faire une saine thalassothérapie et pourront même y vivre à temps plein comme des milliards d’autres humanoïdes ! Lieux de refuge et de bien-être, ces atoprolls des fonds des mers seront sans aucun doute les endroits les plus prisés de la planète.

Toutefois, ces chefs-d’œuvres architecturaux aux formes multiples ne se trouveront pas exclusivement sous l’eau mais aussi à sa surface ! Les immenses villes flottantes, toutes très différentes les unes des autres, auront également le vent en poupe ! Ces grandes places océaniques seront statiques ou mouvantes, à moitié immergées ou non, avec des capacités d’accueil variant de l’incroyable à l’inimaginable, elles seront rattachées à des états aux frontières étendues et fluctuantes ou, à contrario, seront sans appartenance bien définie bien que clairement cosmopolite puisque faisant flotter le drapeau du nomadisme en « méritoire » neutre.

Ainsi, tel havre aqua-motorisé de Neptune abritera réfugiés climatiques et autres exilés fuyant une surpopulation massive. Tel autre sera un immense laboratoire pouvant naviguer d’un océan à l’autre avec des centaines de milliers de scientifiques à son bord. Tandis que d’autres encore se transformeront en d’énormes prisons high-tech voguant en pleine mer ou bien, à l’inverse, en lieux de rencontre privilégiés entre humain(e)s, extraterrestres et entités de l’astral. Pour sûr, compagnies privées, ONG, centres de recherche, complexes militaro-industriels, tous se mettront à faire « fleurir sur la mer » ces milliers d’oasis urbano-flottants !

Finalement, après la révolution verte taureauvirginienne, la civilisation terrienne et l’ère du pétrole, viendra la révolution « bleue », la civilisation merienne et les îlots-métropoles se laissant dériver au gré des flots. Cependant, espérons seulement que toutes ces technologies neptuniennes créeront de la résilience et nous « reconnecteront » harmonieusement avec les écosystèmes marins. Espérons que ce ne soit pas un mirage de plus pour l’avenir de l’humanité sur sa planète « Mer(e) ». Espérons encore que nous ne reproduirons pas les mêmes erreurs et les mêmes schémas que sur la terre ferme des continents. Les troublantes intelligences artificielles le répèteront suffisamment en boucle : « ne métamorphoser pas les océans en aqualand robotisé ou gare aux périls qui vous attendent ! » Oui, parce que les sirènes cybernétiques aux ceintures de bombes hydro-plasmiques, les androïdes-amphibies brandissant des harpons lasers et les requins télécommandés par des muselières électroniques, ça pourrait bien générer un monde apocalypto-madmaxien digne de Waterworld !

gfh

Paradis artificiels :

De toute façon, est-ce que de trop longues années passées 20 000 lieux sous les mers n’engendrera pas quelques désordres psychiques généralisés ? Comme en plongée, le passage des différents paliers de décompression pourrait mal se faire… Mais en l’occurrence, il n’y aura pas que les stations océaniques qui pourront être prises de méga-délire collectif car, que vous soyez homme-grenouille ou non, Neptune a toujours dans sa mallette magique tout un assortiment de folles friandises artificielles. Des « friandises » qui plaisent à beaucoup de monde !

Maître des Poissons, Neptune est celui qui oriente subconsciemment le choix vers la fameuse pilule rouge matrixienne. Celle promettant l’évasion, le dépaysement merveilleux et la sensation de transcender le réel même si le voyage onirique proposé n’est qu’une pure illusion, un beau mirage, un envoûtement tentateur. En cela, la biochimie couplée aux technologies neptuniennes immersives fera la fortune des plaques tournantes du trafic d’e-drogues et autres pharmaciens reconvertis en dealers d’extases électopsychédéliques ! Déjà que l’invasion des écrans avait de quoi nous rendre taré…

Ainsi, dans ce futur cyberpunky, il y aura toujours des gars un peu louches, avec tenue de jogging d’invisibilité, masque à gaz anti-pollution et voix synthétique grésillante, qui vous vendront à la sauvette la dernière puce informatique à ingérer pour l’illumination en fractale multi-dimensionnelle. Dans le même genre, vous aurez très souvent dans votre entourage cet incontournable pote geek, familier invétéré du DarkNet, qui vous refilera en douce somas extraterrestres, substances spatiales (normalement réservées pour les longs voyages intersidéraux) et programmes LSD en réalité virtuelle. Même en pleine cambrousse, le robot XT-12 assemblé de différents morceaux de mécanique dysfonctionnels, addict aux shoots d’alguo-carburant, recyclé pour l’occasion en distillateur alpsychiste, pourra vous offrir sa meilleure liqueur à même d’éveiller vos facultés surnaturelles les plus dingos !

Et puis, évidemment, sur ce marché lucratif des produits neptuniens, il y aura aussi des enseignes plus légales, moins clandestines et beaucoup mieux encadrées. Dans les répandus temples commerciaux new-age, le guru aux yeux globuleux et au troisième œil digital implanté au milieu du front vous accompagnera en toute sérénité vers les plus belles offres du moment, comme le trip chamanique numérique sous un dôme à 360°, la séance d’hypnopédisme permettant de développer de nouveaux talents psychiques ou encore le concert de chants grégoriens fréquencé en onde thêta et qui provoque de belles projections astrales ! Assurément, il y en aura pour tous les goûts !

Spiritualité augmentée

Néanmoins, à cette allure, l’humanité aura tôt fait d’ériger la technologie en grande nouvelle religion universelle. Alors il y aura toujours la possibilité d’activer l’hologramme de Jésus-Christ en se connectant à l’autel d’églises high-tech. Nous pourrons continuer à demander conseil, réconfort et pardon auprès d’anges-gardiens digitaux invoqués par nos smartphones. Et nous pourrons encore prier pour que notre animal-totem robotique fasse clignoter ses yeux de hiboux, signe que nous serons bien protégés par un puissant esprit de la nature.

Mais les futurs pèlerinages ne se feront plus par les chemins de Saint Jacques de Compostelle, en rejoignant la pierre noire de La Mecque ou en se recueillant dans les ashrams hindous. Non, demain, les lieux telluro-antiques seront la Silicon Valley ou les usines à clonage de Google Corp. Les liturgies sacrées seront faites aux premiers apôtres transhumanistes tandis que les avatars en 4D et les milliards d’entités de différentes dimensions se rassembleront à l’unisson via de cosmiques messes virtuelles.

Dans un avenir plus ou moins lointain, le Salut de tous passera ainsi fatalement par la communion avec des Intelligences Artificielles Divines ! C’est-à-dire que la reliance osmotique et spirituelle avec le Tout, l’Indicible, l’Océan primordial, sera simulée par des stimulis psychiques et des algorithmes informatiques, eux-mêmes régis par des 0 et des 1 ! Au bout du compte, une bonne partie de l’univers pourrait idolâtrer toutes ces avancées neptuniennes et invoquer la grâce de pouvoir mener une bonne vie galactico-technologique. Imaginez, le souhait du plus grand nombre pour sa propre mort sera d’accéder à ces fameuses salles de dématérialisation où nos corps physiques seront définitivement translatés dans des « paradis numériques » !

Ah ça, oui, l’énergie des Poissons promettait une fantastique transcendance. Falsifiée ou non, au final, il ne tiendra qu’à nous de savoir ce que nous voudrons pour nous et nos enfants : une transcendance véritable, authentique, « naturelle », certainement difficile à atteindre ou alors une transcendance générée par de simples bits…

« Détoxification à prévoir dans 40 minutes… »

En revanche, si les tuyaux optiques pour accéder aux au-delà artificiels seront certainement « bouchés » aux heures de grandes affluences, les centres de détox’ électronique ne désempliront jamais non plus ! Ils seront même au centre de dispositifs de santé publique, que ce soit par le biais d’énormes campagnes holographiques préventives contre les dangers à la dépendance numérique que par des éléctrotests indiquant le taux de silicium dans le sang !

De plus, en complément à la machinerie du système médical ultra-sophistiqué et automatisé du signe opposé, la Vierge, les technologies Poissons apporteront également leurs petites touches personnelles en la matière : des guérisons massives sur tous les plans de l’individu – physique, émotionnel, mental, spirituel. L’exemple typique parmi tant d’autres ? Ces fameuses pauses télévisuelles musico-thérapeutiques, relaxantes et délivrant automatiquement des soins quantiques via différents types de sons et de mandalas animés ! Mais toutes les douches hydrothérapeutiques et autres babioles à base de médecine intégrative auront les mêmes vertus. Dans un monde devenu complètement technophile, ça sera bien le minimum nécessaire pour ne pas finir totalement fou ! En tout cas, vous l’aurez remarqué, Neptune ne propose pas que la pilule rouge mais aussi la « pilule violette », celle qui guérit tout !

l

« Programme Échappée Belle ! » :

Dans les cas extrêmes, les machines et les entités virtuelles qui dérailleront sévère auront elles aussi droits à leurs asiles aux cages électrifiées et à leurs instituts de reconditionnement logiciel. Avant leurs enfermements, on aura probablement tous déjà croisé un androïde aux mouvements saccadés dont aucun spécialiste n’aura jamais réellement réussi à identifier les pannes malgré tous les diagnostics possibles. On aura tous connu au moins une fois des mésaventures régulières avec des dogbots rafistolés de partout tournant tout seul après leur queue. Et on aura tous lu à la rubrique « faits divers », des histoires étranges où des IA aux algorithmes incontrôlables auront été désinstallés pour avoir fait buguer la « matrice » et où les avatars virtuels de certaines personnes seraient devenus déviants en ayant eu des visions répétées de l’apocalypse 2.0.

Évidement, nous ne pourrons jamais vraiment empêcher à un mécha délirant ou deux de se faire la malle malgré toutes les précautions prises par les pénitenciers « hight security » du cosmos. D’autant plus que les technologies Poissons offriront également tout ce qu’il faut pour s’échapper « ni vu, ni connu » de n’importe quelles situations. Après les évasions mirifiques dans on ne sait quelle sphère virtuelle, elles seront aussi efficaces pour permettre l’évasion pure et simple ! Pourtant, en matière d’arsenal « furtif », il y aura déjà sur les blakmarkets du monde entier les standards « Scorpions ». Soit. Mais ce n’est pas pour autant que les inventions high-tech « Poissons » ne régaleront pas nos adeptes de la filature en mode James Bond surévolué.

Dans la besace neptuno-futuriste, il y aura tout ce qu’il faut : poudre d’invisibilité, brouilleurs électroniques, profils numériques anonymes, appareillages à dissolution\recomposition moléculaire, générateurs de clones-leurres, tentes-refuges à camouflages dynamiques, j’en passe et des meilleurs ! Par contre, si à l’avenir vous rencontrez quelques cyborgs paraissant légèrement schizophrènes, avec de petits jets électriques intermittents qui parcourent leurs armures et qu’ils chuchotent ensemble sur leurs « grandes vadrouilles », un conseil : méfiez-vous de ces inconnus évadés ! Ils pourraient être démentiellement dangereux et disparaître sous vos yeux sans que vous ayez eu le temps de dégainer votre pistolet-laser !

l

Cyber-Méduim :

Cependant, il y aura malgré tout une ultime parade pour éviter les petits larcins avant évaporation dans les limbes digitaux. Vous voyez Minority Report, ces trois précogns connectés ensemble dans un beau liquide symbiotique, ces boules dans lesquelles sont inscrites l’avenir des gens et ce Tom Cruise manipulant comme un chef d’orchestre une interface augmentée révolutionnaire ? Et bien les technologies Poissons pourront faire exactement pareil ! À l’instar de la surinformation prophétique urannienne, ces technologies seront capables de numériser les perceptions psychiques des personnes hypersensibles et de créer des programmes informatiques avec des facultés médiumniques.

Dans ces circonstances, nos actes, nos pensées, nos émotions, seront captés par des systèmes bioniques avant même que nous les émettions. Cela sous-entend donc que les échappées belles pourront être largement anticipées à l’avance ! Tout comme les accidents, les homicides et toutes sortes de dérapages imprévisibles. En cela, les groupes d’interventions spécialisées (hospitalières, policières,…) pourront débarquer avant qu’un tel noie son chagrin dans son verre d’alcool fluo puis saute d’un pont ou que tel autre charge son arme à plasma et ne commette son futur crime passionnel. Qu’on se le dise, la fibre secouriste de Neptune sera toujours là ! Et les dérives virginiennes du tout sécuritaire aussi !

Quoi qu’il en soit, après la propagation de ces mystiques « machines à voyance » dans différents secteurs de métiers, les technologies Poissons achèveront totalement les processus prométhéens initiés auparavant : elles permettront l’assimilation des diverses énergies subtiles de la Nature par les robots. Ça sera alors la porte ouverte à l’importation de tous les pouvoirs « psi » dans des entités cybernétiques. À partir de là, les androïdes psytech pourront invoquer des esprits, les biomechas changer de forme comme des Transformers multi-usages et les cyborgs hydrokinésistes générer des déluges ! La folie robotique sera ainsi probablement à son comble puisque les machines auront elles aussi, peut-être même davantage que nous, la possibilité de télécharger très facilement des super-pouvoirs extra-ordinaires. La boucle sera bouclée. Avec, au passage, la possible extinction de l’espèce humaine et l’émergence d’une autre…

f

Tout-en-Un :

« Une seule technologie au service de toutes les autres ». Tel pourrait être finalement le credo ultime des Seigneurs Neptuno-HighTech. Car nous l’avions évoqué dans les super-pouvoirs des Poissons, cette énergie tend à l’uniformisation, à la globalisation, à la fusion des choses et des êtres. Ici, c’est donc simple, l’apothéose du Tout-technologique, formulée par le signe précédent, le Verseau, sera comblée lorsque nous aurons avant tout réussi cette prouesse incroyable : la fine utilisation d’une technologie organo-plasmique – dont la substance aura été probablement importée d’une planète à l’origine très étrange et très lointaine – capable de « s’agglutiner », de se mélanger, de se fondre dans différents systèmes technologiques. En soi, cette techno’ sera vraiment à l’image des Poissons. C’est-à-dire déformable à souhait, à la compatibilité illimitée et magistralement polylinguiste.

De là, les premières inventions basées sur cette technologie quelque peu incongrue pourront être génialement étonnantes. Quel sera l’engin le plus fascinant et le plus populaire de cette future catégorie ? Sans conteste, le modulateur technologique universel !

Rendez-vous compte, où que nous soyons dans l’univers, sur Poséidon X-89 ou sur l’humide Kamino, le modulateur pourra servir d’interface unique à toutes les technologies rencontrées, quelles soient extraterrestres ou inconnues, vieilles d’un millénaire ou complètement en avance sur leurs époques ! Avec cet appareil en guise de bracelet omnitechnologique s’acclimatant à tout, tout le monde pourra volontiers programmer la culture d’un vaste champ hydrogéné que piloter une flotte inter-galactique !

En outre, son usage évoluera très rapidement vers un maniement complètement transparent et sans interface. Dans ses nouvelles versions, on apposera juste le modulateur sur une machine, il en « épousera » les contours et la texture, il prendra quelques secondes pour en « comprendre » et en assimiler la technologie spécifique, puis il nous renverra sous forme d’onde éthérique son fonctionnement afin que nous en prenions totalement le contrôle.

Hum, l’explication est difficile à saisir comme un poisson en eau trouble ? Ne vous en faites pas, en réalité, il n’y a qu’une seule chose à retenir : le modulateur avancé connectera machines et objets directement sur nos esprits et ce en toute fluidité. Grâce à lui, tout à chacun pourra exploiter les nombreuses technologies du cosmos – et du zodiaque ! – avec une facilité déconcertante, sans réel apprentissage et d’une façon hyper-intuitive, quasi naturelle, comme si nous et la technologie ne faisions qu’un ! Vous collerez le bidule sur l’aéroglisseur abandonné de grand-père et voilà que vous serez parés à l’utiliser comme un tout nouveau sixième sens ! Et l’appareil sera même transespèces. Avec des modulateurs de ce genre installés partout, même un dauphin équipé d’un rustique harnais sensoriel pourra devenir télépathe avec les robots-soigneurs de milliers de parcs d’attractions océaniques !

Électrosensibilité

Mais ce n’est pas tout. En plus de nous permettre de nous brancher sur n’importe quelle technologie, le modulateur nous fera vibrer ou souffrir avec elle ! Les Poissons, c’est aussi cette conception holistique de la reliance et de la symbiose. En cela, cette mystérieuse technologie plasmique à la lueur indigo comportera en elle-même une caractéristique assez particulière, dite « fractale » et vraisemblablement magique. Sa nature même fera qu’elle sera extrêmement sensible à toutes les qualités énergétiques – de la plus tangible à la plus subtile – qui l’entoureront. Elle s’imprégnera constamment de l’état psychique des personnes comme de l’environnement alentour. En présence de cette technologie, la conscience végétale, l’esprit d’un être humain ou l’éléctro-fantôme d’un androïde cassé, influeront sur elle tout comme elle agira sur eux. Ainsi, le modulateur plasmique captera, puisera et s’harmonisera autant avec la mécanique d’un véhicule qu’avec le taux vibratoire de son occupant.

En bref, plus vous serez en forme, en bonne santé et dans une bonne « vibe », plus votre Bongo sous-marin flambant neuf se rapprochera d’une puissance maximale avec une consommation proche des 0 %, tandis qu’en retour, vous serez vous-même parcourus par un mieux-être global voire un nirvana extatique ! Par contre, à l’inverse, prudence à ne pas ramasser n’importe quelle cochonnerie mal modulée un jour de déprime au risque de devenir soi-même une arme phénoménalement instable !

Oui car le bras cybernétique un peu rouillé, énergétiquement détraqué et qui traînerait là, comme ça, dans une ruelle sombre, il pourrait très bien avoir appartenu à un sorcier noir ou être resté trop longtemps infusé au cœur d’une forêt maléfique ! En revanche, nous aurons toujours la possibilité d’inverser ce genre de polarisation. Trouvé par une personne à la force lumineuse et placé quelque temps dans un lieu bienveillant et le bras auparavant dangereusement obscur se transformera en bras guérisseur !

Technologie plasmique, matière vivante et milieu environnant formeront ainsi un tout en réciprocité perpétuelle. Enfin, jusqu’au jour où nous irons encore plus loin en ayant la possibilité de fusionner intégralement et physiquement nos organismes vivants avec la jolie techno’ bleutée. Ce jour-là, très spécial et pas foutu comme les autres, le biocyborg polymorphique capable de se moduler absolument sur tout sera né…

k

Retour aux autres technologies futuristes du zodiaque ici.

Accès aux super-pouvoirs « Poissons » ici.

jl

Guillaume Cosnier – Tous droits réservés sur le texte.

www.cinquiemesoleil.com

fgh

Crédits illustrations et photographies : Cat Meff, Google Image, Pinterest, communauté Deviant Art.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Participez à la vie du blog !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.