Steve Jobs : Jupiter-Uranus et le prophétisme technologique | Partie 2


« Régime végétarien et bouddhisme zen, méditation et spiritualité, acide et rock and roll – Steve Jobs menait tout de front, à mille pour cent, comme le voulaient l’époque et la quête de l’illumination qui animait les campus. Même s’il ne toucha pas à un transistor durant son séjour à Reed, la corde de l’électronique continuait de vibrer dans son esprit, et un jour, cette vibration entra en résonance avec toutes les autres. », résume Walter Isaacson.

Une citation qui synthétise magistralement notre première partie sur le phénomène Steve Jobs où nous avions observé entre autre son inspirant Soleil en Poissons, sa révoltée conjonction Jupiter-Uranus, son Mars fiévreux ainsi que ses exigeantes Cérès et Vénus en Capricorne ! Mais poursuivons notre aventure Jobsienne dans cette deuxième partie afin d’en découvrir encore plus profondément toutes les facettes !

——————————————————————————————————————————————–

j

Le Côté Obscur de Jobs :

La face cachée du PDG d’Apple.

A ce stade où Jobs vivait « à fond » son expérience spirituelle, nous pourrions nous demander s’il était réellement arrivé à atteindre le nirvana auquel il aspirait tant. La réponse est donnée par son biographe :

« Son esprit zen n’était pas accompagné d’une paix intérieure, de calme et de sérénité ; il était loin de l’harmonie dans ses rapports avec les autre ».

Ainsi, même si il avait la puissante détermination donnée par Cérès en Capricorne, la conjonction Jupitéro-Uranienne et ses sbires venait systématiquement jouer les troubles-fêtes. Il était trop passionné et fougueux. La patience n’était pas une de ces vertus (Mars dominant, Jupiter\Uranus, Mercure\Verseau). Malgré qu’il s’adonnait totalement et avec sérieux à sa quête (Cérès, Saturne\Scorpion), il maitrisait difficilement son impulsivité et ses élans émotionnels (le grand carré Mars-Jupiter\Uranus-Neptune-Vénus, NS en Cancer) en dépit de tous les efforts effectués pour calmer son fort tempérament. De plus, sa Lune en Bélier et en VII ajoutait à cela une vie relationnelle à forte tendance conflictuelle, ce qui confirmait cette tension intérieure entre le besoin d’être dans une voie de sérénité totale et le désir de se confronter au monde, aux autres et à l’envie de conquête (Lune en Bélier\VII au carré de Cérès en Capricorne\IV).

« Steve crée de la tension, des dissensions, et harcèle tout le monde plutôt que de faire tampon », dixit un de ses anciens collaborateurs.

De plus, la conjonction Jupiter \Uranus n’est pas réputée pour favoriser le calme mental mais plutôt pour exacerber des neurones en pleine ébullition. Le stress et l’irritabilité pouvaient en être les conséquences chez Steve Jobs, ce qui n’apaisait en rien les inquiétudes Cérèsiennes bien que le but recherché était certainement de pouvoir soulager ses « états d’excitations » cérébraux et émotionnels ! Sa nature Poissons pouvait alors le faire passer d’un extrême à l’autre à tout moment. D’un extrême emporté par le bouillonnant couple Jupiter\Uranus-Mars à l’extrême inverse mené par la glaçante Cérès. Cette dialectique psychologique est étayée par sa précédente partenaire :

« Il se montrait parfois très froid voire glacial (Cérès\Capricorne), mais il était également captivant et irrésistible (Mars, Poissons), et imposait facilement sa volonté (Jupiter\Uranus, Mars). « C’était un être éclairé et cruel à la fois, disait-elle. Un curieux mélange. » ou encore :  « …, étrange mélange d’intensité (Mars) et de détachement (Cérès\Capricorne) ».

Nous avons affaire à un Steve Jobs qui se situait toujours sur « haute fréquence » comme si « il lui manquait un câblage pour limiter ses pics émotionnels ». Le cocktail Jupiter\Uranus (nervosité mentale, tension), et Mars\Lune\Bélier (humeur brusque, montée d’adrénaline) donnait des sautes d’humeurs brutales, soudaines, imprévisibles, explosives. Parfois il était tout joyeux, et l’instant d’après totalement déprimé. Si nous ajoutons à cela une Cérès et une Vénus en Capricorne, cela confirme l’idée qu’il n’était pas non plus dans la nature de Jobs de faire des sentiments. Pire, car si des positions astrologiques plus mineures comme Saturne en Scorpion au carré de Pluton en Lion\XII ou encore la Lune Noire en Scorpion renforçaient bien son côté « magnétique et fascinant », elles renforçaient aussi le duo Jupiter\Uranus-Cérès à être hyper critique, impitoyablement tatillon voire terriblement tyrannique !

«La plupart des employés d’Apple étaient terrorisés par Jobs, à cause de ses coups de colère et de sa manie de dire aux gens exactement ce qu’il pensait d’eux – et ce qui était rarement agréable à entendre », nous révèle sa biographie.

Mais toute la « tension » du thème astral de Steve Jobs  se révélât de manière flagrante quand Steve Jobs rencontra un certain Robert Friedland, « un visionnaire charismatique avec un talent d’homme de spectacle – en d’autres termes, un futur modèle pour Jobs ». Son biographe nous rapporte ceci :

« On aurait dit un commercial en représentation, un bonimenteur de foire. Quant à Steve, c’était, à l’origine, un gars effacé, timide, très discret (Cérès, Vénus\Capricorne, NS\Cancer, Poissons\VI, AS Vierge, LN\Scorpion). Je crois que Robert lui a appris l’art du commerce, à sortir de sa coquille ; il lui a montré comment s’ouvrir et prendre les commandes en toute circonstance (Jupiter\Uranus, Mars\VIII\Bélier, Lune\VII\Bélier). Quand Friedland entrait dans une pièce, on le remarquait aussitôt. Steve était l’exact opposé à son arrivée à Reed. Mais après avoir passé du temps avec Robert, il commença à s’imposer en public (Jupiter\Uranus, Mars, Lune\Bélier\VII). »

Entre la troupe jupitéro-uranienne et la la tribu cérèsienne, l’équilibre n’était pas toujours facile à trouver. Dans cet extrait, nous observons que Steve cherchait à libérer les élans de Jupiter-Uranus et de Mars, de l’emprise à forte tendance inhibitrice de Cérès en Capricorne et son clan. Et ce fût effectué par le biais de personnes qui ont eu en eux cette force de volonté. Car, si Steve Jobs admirait ces gens « qui impose leurs propres règles » (Jupiter\Uranus, Mars), c’est bien parce que lui-même se sentait sous le joug de contraintes et de limitations l’empêchant d’agir comme il l’entendait (Cérès ).

« Friedland était sûr de lui, tyrannique. Steve admirait ça et le devint à son tour à son contact. »

Et que ce soit dans son milieu professionnel ou dans sa vie privée, Steve Jobs aimait être entouré de fortes personnalités plutôt que de « lèche-bottes », ce que traduisait d’ailleurs parfaitement sa Lune en Bélier et en VII. En astrologie, la Maison VII représente le « type de partenaire recherché », en l’occurrence des gens combatifs pour Jobs. En outre, la compétition en elle-même (Mars) l’électrisait (carré Jupiter\Uranus). Pour anecdote, depuis 1981, son équipe récompensait la personne qui avait su le mieux tenir tête à Jobs. Et évidemment cela amusait particulièrement le jeune querelleur qui promouvait même la plupart de ceux lui faisant face !

Par conséquent, une partie des valeurs cérésiennes furent occultées au profit d’une exaltation jupitéro-uranienne largement corroborée par Mars. Point de modération, de retenue ou de compromission ; nous retrouvons-là le Steve entier dans ce qu’il entreprenait, avec une bonne dose d’excès et parfois d’agressivité. A ce propos, la biographie de Walter Isaacson donne moult exemples :

« Jobs a failli mourir brûlé vif dans sa Fiat rouge (connotation extrêmement martienne, n’est-ce pas ?), « il se comportait tout le temps de façon grossière et crie sur ses subordonnés, il ne se gênait pas pour les traiter de « crétins finis » ou « qu’ils faisaient que de la merde », « J’ai brillé pour une seule raison, c’est parce que les autres étaient des nuls. »

ou encore :

« Il se fait arrêter en voiture à 160 km/h, beugle sur l’agent de police qui ne remplit pas la contravention suffisamment rapidement, puis reprend la route à 160 km/h ». Et même jusqu’à la fin de sa vie : « Il aurait même hurlé sur un pneumologue qui voulait lui mettre un masque à oxygène, l’arrachant et refusant de le porter parce qu’il en détestait le design, et ce alors même qu’il avait des difficulté à s’exprimer ! »

Pourtant, cela n’empêchait nullement à une Cérès « égratignée » et « contrariée » de se manifester à sa façon bien que sous la coupe de Jupiter-Uranus et de Mars. Comment ? Toujours par un perfectionnisme ultra exigeant, comme nous l’avions déjà abordé dans la première partie. Là aussi sa biographie est sans appel : « J’exige des gens la perfection, je suis comme ça ». Et c’était sans compter sur sa focalisation sur tous les petits détails et son redoutable excès de contrôle :

« Il s’installe dans une suite à New York pour des interviews avec la presse et décide à 22h que le piano doit être déplacé, que les fraises ne sont pas les bonnes, et que les fleurs non plus, parce qu’il veut des arums. Et quand sa responsable des relations publiques revient à minuit avec les bonnes fleurs, il lui dit que son tailleur est abominable », ou encore :  » à l’hôpital, à la fin de sa vie, il a vu défiler 67 infirmières différentes avant de finalement en trouver trois qu’il apprécie ».

La synthèse la plus saisissante de la personnalité de Steve Jobs se trouve dans un article du Nouvel Obs :

« Cette quête perpétuelle de la perfection (Cérès\Capricorne,…), couplée à sa difficile gestion des émotions (Mars carré Lune\Bélier, Jupiter\Uranus\Cancer) et son honnêteté tranchante (Cérès, Mars, Lune\Bélier, Vénus\Capricorne, LN\Saturne\Scorpion), le faisait apparaître comme quelqu’un de malveillant, voire « un sale con », selon ses propres termes. »

Cette laborieuse gestion de certains facteurs astrologiques, comme Cérès, Mars et Jupiter\Uranus, nous donnait un manager particulièrement colérique, très autoritaire, dur avec ses employés, impatient, hystériquement maniaque et excessivement acerbe dans toutes ses critiques.

Pourtant, malgré ce portrait moins glorieux faisant ressortir des facettes un peu plus sombres de Steve Jobs, cela n’enlevait en rien ses qualités, martiennes, jupitéro-uraniennes ou autres. Il avait des facultés prodigieuses pour insuffler aux autres une confiance en soi et d’instinct les pousser à réaliser des prouesses impossibles ainsi que des aptitudes incroyables pour tout oser et surmonter tous les défis. Sur ces points, nombre de ses collègues étaient unanimes :

« Malgré son caractère difficile, Steve n’avait pas son pareil pour motiver les gens (Mars, Lune\Bélier\VII) en leur faisant voir plus loin, et plus grand (Jupiter\Uranus, Poissons), j’admire ses idées, sa vision à long-terme (Cérès\Capricorne, Saturne en Scorpion), son énergie (Mars) ».

Finalement, nous retrouvons en Steve tout ce qui faisait un fascinant meneur d’hommes, comme nombre de leaders qui ont réalisés toutes sortes de haut-faits. La conjonction Jupiter-Uranus et Mars s’exprimait aussi chez lui de manière positive. De même, la simplicité et la convivialité, qui était le leitmotiv de toutes les créations de Jobs, prouve aussi qu’il savait se servir d’une bonne utilisation de l’énergie cérèsienne. D’ailleurs le mantra de Jobs concernant le design des produits Apple était : « La simplicité est la sophistication suprême. » (slogan des premières pubs de l’entreprise). Dans toute ombre, il y a toujours une partie lumineuse !

 

 

Le « génie » de Jobs :

Une des controverses régulières faite à l’encontre de Steve Jobs portait sur son présupposé « génie inventif », en le qualifiant plutôt de « bidouilleur » que de réel inventeur. Si nous ne doutons pas qu’il fut un bon technicien en tant que tel, il est vrai que la démarcation entre les deux est fine. En fin de compte, le véritable magicien aux inventions de génie fut un autre Steve : Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple. En effet, le « savant fou » et le concepteur de circuits miraculeux, c’est lui ! Alors j’entends d’ici crier à la mascarade, qu’il y a tromperie sur la marchandise, et que je vous ai même emmené en bateau jusque-là et tutti-quanti. Mais calmons-nous, car la substance même du génie de Jobs résidait ailleurs !

Avant tout, la conjonction Jupiter\Uranus est typique du symbole de la vision à grande échelle. Avec en supplément la contribution de son Soleil en Poissons, Steve Jobs raisonnait toujours avec grandeur et se questionnait souvent sur la façon de donner la plus grande ampleur et la plus grande envergure aux projets de sa société. C’est seulement suite à cela qu’il allait dans tous les détails et qu’il passait le relais à sa  Cérès pour la réalisation minutieuse de ses plans dantesques.

Secundo, il avait un sens innée du monde des affaires, représenté dans son thème par l’opposition Neptune (réceptivité) en Maison II (l’argent), à Mars (activité, conquête) en Maison VIII (la haute finance, les affaires, les banques). Autant dire qu’il avait un flair hors du commun dans les questions commerciales. Quand il fallait négocier et conclure des contrats, c’est Steve Jobs qui s’y attelait parce qu’il avait une grande force de persuasion pour convaincre ses futurs partenaires (confirmé par Saturne\Lune Noire\Scorpion, Pluton\XII, Soleil\Poissons, Lune\Bélier\VII). Il pouvait vendre n’importe quoi à n’importe qui : vendre des carte-mères à des revendeurs informatiques étaient rares à l’époque, mais pas pour Steve Jobs !

A ce propos, il faut savoir que dans les premiers clubs informatiques de Californie régnait une ambiance de partage libre et d’échanges qui était non-fondé sur une culture mercantile. Mais déjà, Steve Jobs ne partageait pas cet altruisme, et selon lui, il fallait tirer profit de cette émergence et en faire de gros bénéfices. D’ailleurs, on retrouve le même état d’esprit chez un autre « geek » du moment qui se trouvait dans le coin : un  » gars « , dénommé Bill Gates !

Troisièmement, dès ses débuts, Steve Jobs pensait que tout produit à destination du marché devait être fini et complet, ce qui n’était pas le cas dans le milieu informatique des années 80. De plus, la différenciation de ses concurrents résidait dans l’apport de « l’élégance » et dans la simplicité des produits. Au lieu de vilains boitiers gris en métal, il voulait un design séduisant : la beauté de l’objet dont nous parlions dans la première partie. Pour Jobs, la finition et l’esthétique devait être irréprochable. C’est justement ce souci du détail qui le poussait à vouloir contrôler tous les stades de production jusqu’au carton d’emballage. Vous lui proposiez deux milles teintes de beige, aucune ne lui convenait, il en voulait une différente ! Son credo était de peaufiner à tous les niveaux et maitriser l’ensemble de A à Z. Toutes les parties de son travail et donc ses produits devaient être de « belle facture ». Ici, nous l’avons déjà abordé dans notre analyse, c’est Cérès et sa petite sœur Vénus dans le signe du Capricorne qui fonctionnait à plein régime dans le thème de Steve Jobs.

Ainsi, au final, nous remarquons quoi ? Et bien que c’était dans l’alliance de l’ensemble des facteurs astrologiques les plus importants de son thème natal que se trouvait le génie de Jobs ! De son Soleil en Poissons au Grand Carré (Jupiter\Uranus-Mars-Neptune-Vénus) en passant par Cérès. Il savait parfaitement rassembler les idées et les talents des autres (Jupiter\Uranus, Soleil\Poissons, Mercure\Verseau) en les améliorant et en les perfectionnant à outrance de bout-en-bout (Cérès, Soleil\VI, LN\Saturne\Scorpion), tout en rendant ces innovations simples et conviviales pour le grand public (Cérès\IV, Lune\VII). Il transformait les idées de génie de ses ingénieurs en de beaux produits charmeurs (Jupiter\Uranus-Vénus-Neptune, Soleil\Poissons) qu’il sût présenter sur le marché pour gagner des sources de revenus conséquents (Mars-Neptune dans l’axe II-VIII).

Comment vendre, pour le grand public, ce qui n’était destiné à la base qu’au milieu professionnel et à une communauté de passionnés ? Steve Jobs y avait répondu, et c’est véritablement là que se trouvait son  » génie  » ! Vous comprenez maintenant pourquoi Steve Wozniak avait la charge de l’ingénierie électronique et Steve Jobs la direction générale et le marketing. Comme le remarque son biographe en parlant de l’Apple II :

« Wozniak restera dans l’Histoire comme le créateur de son électronique révolutionnaire et le concepteur de son système d’exploitation – c’est l’une des très rares grandes inventions du siècle à avoir été perpétrée par un seul homme. Mais Jobs est celui qui a intégré les circuits de Wozniak dans un ensemble convivial, du bloc d’alimentation au design séduisant de son boîtier. Il a aussi créé la société qui a grandi grâce aux circuits de Wozniak. Comme le dit Régis McKenna : « Woz a conçu une machine extraordinaire, mais sans Steve Jobs, il traînerait encore dans des boutiques d’électronique avec d’autres geeks. »

A l’époque, il fallait être fin connaisseur pour assembler les différents composants électroniques et informatiques, savoir brancher un clavier et un écran, installer un système d’exploitation,…. L’idée géniale de Steve Jobs fut justement de synthétiser tous ces éléments en un tout fonctionnel – un pack tout-en-un avec impossibilité de le modifier ultérieurement. Jupiter\Uranus rassemble, relie et singularise, Cérès rend utile, applicable et sécurise, les Poissons synthétise le tout et Vénus séduit tout le monde. Quelque part dans les années 70, la première manifestation concrète en était l’Apple II (plus tard le tsunami MacIntosh, ordinateur avant-gardiste, concrétisa cette philosophie) : six millions d’exemplaires vendus avec une succession de variantes de ce modèle durant 16 ans. L’ère de la micro-informatique était lancée ! Comme le déclara Timothy Leary, le fameux mantra « harmonie, ouverture, détachement » changea par « allumage, démarrage, connexion ». Steve Jobs était à l’exact intersection de ces deux mantras !

 

Guru de l’Age Informatique :

Nous avons déjà abordé plusieurs facettes de la conjonction dominante Jupitéro-Uranienne en évoquant l’une d’elles qui donne ce sentiment d’être unique et différent. Cet aspect peut aussi se traduire plus simplement par une ambition excessive – ce qui était le cas pour Jobs, comme vous vous en doutez – et de façon plus extrême à vouloir être reconnu comme une sorte de demi-dieu. Pour Steve Jobs, c’était ça ou prendre la porte ! Pour exemple, une de ses grandes déceptions était de ne pas être « élu homme de l’année » par la couverture du Times de 1984 à la place de l’ordinateur lui-même ! Ou encore, il faut savoir qu’une des raisons de sa démission d’Apple à l’époque fut qu’il ne supportait pas de ne plus avoir de postes décisionnels. Arès fulminait aussi avec Zeus et Ouranos !

Astrologiquement, Jupiter prédispose à une position de guide, de maitre, de celui qui enseigne et transmet une expérience. Uranus donne quant à lui ce coté  » grand idéaliste  » plein d’utopies, prêt à changer le cours du monde et un brin visionnaire. Le signe des Poissons suit également à peu près le même flux. Cette culminance de Jupiter\Uranus adossée d’un Soleil en Poissons était donc parfaite pour notre Guru moderne. Toutefois, pour compléter sa panoplie du « parfait petit guru », Jobs eu d’autres atouts en sa possession. Le carré de Mars à Jupiter\Uranus lui apportait l’envie de diriger et de mener des batailles conquérantes, quitte à imposer ses idéaux par n’importe quels moyens. Le carré de Neptune et de Vénus lui amenait cette croyance et cette foi aveugle dans la réalisation de ses désirs les plus fous. Et enfin, Cérès ajoutait cette obsession à faire « tourner d’un cran la roue de l’univers tout entier » et à tout prix. Oui, après réflexion, c’est vrai qu’après le syndrome de Neo vu dans la première partie, s’insère ici le complexe de Morpheus !

Ainsi, la plupart d’entre nous avons en mémoire l’image de Steve Jobs lors de ses lancements commerciaux faisant ressortir un condensé de l’ensemble des facteurs astrologiques exposés ci-dessus. Si nous avons vu que Steve Jobs était l’icône de la marque, nous avons aussi remarqué qu’il était logiquement son meilleur promoteur. Mais au delà de pubs TV chocs et d’une très grande couverture médiatique – très Jupiter-Uranus en soi mais ici appuyé par son carré à Neptune et son Soleil en PoissonsJobs avait surtout l’art de mener de grands shows ritualisés mis en scène autour de nouveaux produits annoncés comme « incroyablement géniaux » et/ou « révolutionnaires », tels de grandes messes dont il était le Pape. Il était tout naturellement le grand prêtre et le prédicateur dévoilant solennellement et en grande pompe les objets « cultismes » qui allaient changer le monde de demain. Il était ce grand magicien captivant et fascinant son assemblée de disciples toujours prête à recevoir du Maitre « le fantastique cadeau divin » !

Jobs savait trouver tous les moyens spectaculaires (Jupiter amplifie et exagère tout) pour alimenter la frénésie des médias (Uranus). Il parvenait à conquérir son public de fidèles grâce à son sens inné de la dramaturgie. La foule était souvent en délire, les gens sautaient à pieds joints et levaient les bras en signe de victoire. Steve Jobs et son produit devenaient Idole et Adoration pour fans et adeptes de technologie ! Plus récemment, il obtenait l’admiration et l’adhésion de la « masse ». Le Prophète des temps moderne avait le sens du spectacle pour maintenir et susciter l’intérêt et l’idée que ses produits de grande consommation était des moments uniques de l’histoire de l’humanité. Son biographe nous renseigne là-dessus :

« phénomène que le patron d’Apple réussit à réitérer avec régularité, pour chaque lancement d’un nouveau produit, du Macintosh de 1984 à l’iPad de 2010 ». Les consommateurs étaient prêts à se prosterner devant l’objet tenu par Mr Jobs en exclusivité mondiale !

Jupiter\Uranus évoque bien les phénomènes de masse rassemblés autour d’un idéal commun. Cet idéal étant incarné par les produits technologiques de Steve Jobs. Cependant, c’était vraiment le carré de Neptune à Jupiter\Uranus et son Soleil en Poissons qui apportait le côté magique, quasi mystique, et toutes les connotations religieuses dont était envoutée la Scène et dont Steve Jobs savait se servir pour « hystériser » et hypnotiser son auditoire d’admirateurs. Sa Lune Noire en Scorpion, soutenue par le carré de Saturne à Pluton en XII, devait aussi jouer un grand rôle dans cette mystification magnétique. Mais pour chaque présentation, c’est Mars qui stimulait toujours davantage la passion et l’intensité de Steve Jobs comme si il portait en lui le « Feu Sacré » et l’enthousiasme d’un enfant découvrant ses nouveaux jouets.

Quand à Cérès, toujours prédominante à tous les niveaux, elle se manifestait souvent en coulisse par le fait que chaque geste de Jobs était calculé et répété. Sa  » folie  » était travaillée et son show était sans cesse modifié pendant des heures avant sa représentation. Tout se devait d’être mené et maitrisé à la perfection : son perfectionnisme était toujours à l’œuvre ici aussi. Et que dire de l’austérité et du classicisme de son style vestimentaire caractérisé par son pull noir (dans son armoire il en a une belle collection !) son jean et ses baskets. C’est encore une preuve de simplicité (certains diront de sévérité) cérésienne. Pourtant, Steve Jobs était bel et bien un homme de spectacle !  La séductrice Vénus, de par sa liaison astrale avec tout le reste du thème, nous le prouve de par les objets présentés au design malgré tout « sexy » et charmeur !

Au final, ses démonstrations publiques étaient bien à elles seules la représentation symbolique de tout son thème de naissance : son Soleil en Poissons et en Maison VI (pour l’atmosphère « religieuse », l’ambiance de nouveaux temples informatiques), son Ascendant Vierge et sa Cérès en Capricorne (pour son propre « style » et sa propre « image », bien calibré et toujours identique) et enfin la quadrature impressionnante de Jupiter\Uranus-Mars-Neptune-Vénus (pour l’illusionniste show-man charismatique aux annonces sensationnelles). Allez, n’ayons pas peur des mots, pour certains, il était même le symbole messianique du renouveau artistiquo-technologique…

q

De l’adoption à la « world company » :

Pour terminer cette analyse du thème astral de Steve Jobs, nous allons faire un retour dans son passée et nous poser la question suivante : est-il possible de « détecter » l’adoption dans un ciel de naissance ? Dans le cas particulier de Steve Jobs, la réponse est : oui  ! Son thème natal est même remarquable dans le sens où nous y retrouvons un nombre considérable de facteurs astrologiques concernant ce point. Mais comme toujours en astrologie, c’est grâce à un ensemble de facteurs que nous pouvons dégager une confirmation ou une certitude sur un sujet précis.

Nous savons que tout ce qui est lié à l’adoption est en rapport avec le monde de l’enfance, de la famille et du sentiment d’appartenance à « une origine » (la fameuse question « d’où je viens ? »). En astrologie, tout ce qui a trait à ces questions sont en correspondance avec les énergies Cancériennes et la fonction Lunaire ainsi que la Maison IV, et d’une certaine manière, le Nœud Sud. Depuis des éons, la Lune et le Cancer symbolisent le monde maternel et tout ce qui comporte une dimension « biologique », « organique ». L’abandon du petit Steve par sa mère biologique (mais poussé par le père), et par suite la recherche d’une famille adoptive, devraient dès lors être en relation avec ces facteurs astrologiques dans son thème natal.

Qu’en est-il ? Tout d’abord, sa Lune est en Bélier (littéralement conflit avec la mère) et au carré de son Noeud Sud en Cancer, ce qui reflète la potentialité d’une tension et d’une rupture avec son passé et ses racines condensée dans l’image maternelle. Ensuite, nous avons une Cérès dominante (avec une connotation largement reliée, elle aussi, à la mère) en Capricorne et en maison IV, symbolisant l’autorité parentale distante et inaccessible, au carré de cette même Lune\Bélier, ce qui vient renforcer la possibilité d’un « rejet de l’enfant ». Pour finir, nous ne pouvons oublier que la première dominante du thème, Jupiter\Uranus, se trouve en Cancer, et en double opposition à Vénus en Capricorne\Maison IV, confirmant que le cercle familial est « sous haute tension ».

Par conséquent, ces facteurs astrologiques (amplifié par d’autres aspects plus mineurs) nous indiquent l’éventualité d’une enfance en rapport difficile vis-à-vis des liens familiaux. Dès la petite enfance (Lune et Cancer), pour Steve Jobs, cela s’est manifesté par une coupure avec sa lignée familiale biologique (Nœud Sud en Cancer).

Toutefois, nous pouvons nous demander comment Steve Jobs avait pu ressentir cet abandon forcé de ses parents biologiques. Nous pouvons supposer, au regard de ce qui vient d’être exposé, des problèmes émotionnels en rapport avec ses géniteurs. Et effectivement, un tel contexte avait laissé des traces et des cicatrices dans la personnalité de Jobs, tel qu’analysé par un de ses anciens collègues d’Apple :

« Son besoin d’avoir la maîtrise totale dans tout ce qu’il entreprend vient de cette blessure (l’abandon de ses parents). Il veut désormais contrôler son environnement ».

C’est une belle confirmation d’une Cérès dominante en Capricorne (contrôle obsessionnel, maitrise absolue,…) et en Maison IV (environnement) au carré de sa Lune (blessure émotionnelle ancrée au fond de lui).

Mais prenons encore l’exemple que nous fournit un autre ami de Jobs : « Steve m’a souvent parlé de cette souffrance de l’abandon. C’est ça qui le rendait si indépendant ». Bien sûr, nous y voyons aussi là l’effet de sa Lune en Bélier, comme si il se servait de cette souffrance pour aller de l’avant de façon autonome (largement amplifié par son Mars dominant et Jupiter\Uranus culminant). Pour terminer sur ce point, laissons place aux propres mots de Jobs :

« Savoir que j’ai été adopté m’a peut-être rendu plus indépendant, mais je ne me suis jamais senti abandonné – juste différent (Jupiter\Uranus\Cancer). Ce sont mes parents qui m’ont donné cette force. Ce sont eux qui m’ont convaincu que j’étais quelqu’un de spécial (de Cérès\Vénus\Capricorne\IV en passant par la Lune\Bélier, toute la configuration du grand carré se retrouve en action).»

À travers ces paroles, nous constatons malgré tout, qu’émotionnellement et affectivement, il avait réussi à surpasser cette problématique en ayant beaucoup de recul à ce sujet. Bel exemple d’une Vénus (affectivité) en Capricorne (résistance et distance) au sextile de son Maitre Saturne (en analogie avec le Capricorne). Cependant, ses parents adoptifs qui sont pour lui « ses vrais parents à 1000 pour cent », l’ont bien aidé à avoir cette lucidité. D’ailleurs, il résume froidement mais avec honnêteté (Capricorne et Cérès) la relation avec ses parents biologiques :

« Ils ont été ma banque de sperme et d’ovules -cela n’a rien de méchant ; c’est juste la vérité : des donateurs de gamètes, c’est tout ce qu’ils sont – rien de plus.»

Toutefois, ne nous y trompons guère, les marques psychologiques de cette expérience difficile ont bien été présentes, malgré les propos rapportés par Jobs lui-même. La preuve en est qu’à ses 23 ans, il niera et abandonnera pendant plusieurs années sa fille Lisa, qu’il eut avec sa petite amie de l’époque, Chrisann Brenan. A ce propos, une amie proche de Jobs et de Brenan évoquera :

« La clé du mystère, c’est le fait d’avoir été abandonné à la naissance. Cette déchirure a laissé une marque indélébile, c’est là tout le problème. »

Inconsciemment, il avait donc reproduit le même schéma que ses parents biologiques à son égard lors de son enfance et le « pattern » inhérent à son thème de naissance. D’une certaine façon, dans un premier temps, Steve Jobs avait dû « subir » son thème de naissance, puis dans un second temps, il s’en est « servi » pour extérioriser ce à quoi il n’avait pu lui-même échapper.

Le karma du patriarche d’Apple

Cependant, en ce qui concerne cette adoption, nous pouvons légitimement nous demander s’il n’y a pas une leçon, ou un sens plus large, que nous révélerai le thème natal de Steve Jobs. Car, vous l’aurez peut-être déjà remarqué, mais deux choses sont passés à la « trappe » dans notre analyse : la Lune Noire et le Nœud Nord, deux facteurs astrologiques dits  » karmique « . Et nous pourrions même ajouter un troisième élément astral : le quinconce que fait la LN à la Lune. Mais alors, quelle en est la signification, me direz-vous ? Ouvrons nos esprits et interprétons cela sous l’angle karmique.

Nous pouvons supposer que dans les vies passées de Steve Jobs, il y eut une mauvaise utilisation ou une intégration déséquilibrée de la fonction lunaire (Lune carré NS\Cancer, LN quinconce Lune). En d’autres termes, les qualités « maternelles », de douceur, de tendresse, de protection…, n’ont pas été forcément employé à bon escient par lui. De même, les notions de  » famille «  ont pu être complètement absentes de son passé antérieur, ou encore, les expériences vécues au travers de la sphère familiale extrêmement perturbées, complexes voire violentes. Il peut en être déduit que l’abandon parental qu’a « subi » Steve Jobs était le « résultat » accumulé de son karma et que la relation difficile avec ses parents biologiques y trouvait ses racines. D’une certaine manière, très tôt, le « destin » l’a mis devant l’obligation de « payer » sa dette ou de revivre certains échos karmiques.

D’ailleurs, quelques années plus tard, il sera de nouveau confronté à son karma qu’il n’avait pas « allégé » tout de suite. En effet, comme évoqué plus haut, à 23 ans, il reniera sa première fille Lisa. Exactement au même âge où sa mère l’avait laissé à l’époque. Chez Steve Jobs, il y avait donc la présence de cette peur de faire face (Lune noire) à ses devoirs familiaux (Lune) qui ressurgissait comme une vielle habitude enfouie inconsciemment dans son passé récent et lointain.

Très logiquement, une grande partie de la solution à cette problématique se trouvait dans le Nœud Nord. Celui-ci se trouvant en Maison IV\Capricorne et conjoint à Cérès. La « clef » était là ! Pour mettre fin à ses « chaînes karmiques », il se devait justement de développer des responsabilités familiales solides et être au service de ses proches tout en leur apportant des bases et des repères fondateurs et fondamentaux. Il lui fallait devenir ce parent irréprochable et exemplaire, humble et honnête, sur lequel les enfants allaient pouvoir se reposer, tel le « pilier » inébranlable de la famille. Et non fuir aux propositions de son Dharma.

Mais en partie, nous pouvons constater que Steve Jobs avait résolu ses blocages en assumant plus tard sa première fille (après l’avoir abandonné) et en ayant eu trois enfants avec sa deuxième femme. Et dans une perspective plus large, nous pouvons étendre la notion de famille à celle d’une « world company ». Le projet d’envergure que tenait particulièrement à cœur Steve Jobs consistait justement à fonder sa propre entreprise. Un pari complètement réussi vu le bâtisseur d’empire magistral qu’il a été ! En retour, c’est ce qui lui avait permis de réaliser une « portion » de son Nœud Nord en Capricorne\IV. Ainsi, si sa tâche ou son « dharma » ne fut pas si simple à gérer, il avait su trouver l’aide et le soutien de sa première dominante Jupitero-Uranienne en Cancer. Steve Jobs avait bel et bien réussi à donner de l’ampleur et de l’expansion à sa petite entreprise – née dans un garage communautaire à ses débuts – pour la faire croitre à un niveau gigantesque et planétaire. Il avait géré sa société comme une figure paternelle, en prenant soin de « nourrir » et de consolider les positions de sa méga-corporation. Effectivement, on parle bien encore aujourd’hui de  » communauté Apple  » !

De cette façon, Steve Jobs avait vraiment réussi à élargir et à étendre sa « famille » au maximum de ses possibilités. Au point même qu’Apple en est presque devenue une « institution » sacrée et tentaculaire. Certains iront même jusqu’à dire que notre PDG redoutable se comportait comme une mère envahissante, que ce soit envers sa propre entreprise, à l’encontre de ses décideurs hauts placés ou au sein de notre monde en tant que multinationale devenant omniprésente et monopolisante dans tous les secteurs qu’elle toucha. Même après son décès, sa compagnie est toujours synonyme de « pieuvre géante », c’est dire ! (Jupiter\Uranus\Cancer)

Toutefois, Steve Jobs était davantage attaché à sa vie socio-professionnelle qu’à autre chose (repli sur le NS\X). Mais, malgré tout, vers la fin de sa vie, il se préoccupait de sa vie familiale avec attention. Par conséquent, l’axe des Nœuds en Maisons IV\X gagna par la suite en fluidité.

Par ailleurs, même s’il avait bien réussi à cristalliser et concrétiser les objectifs ambitieux de ses désirs d’accroissements au travers de ses entreprises, il est par contre dommageable que certaines qualités Cérèsiennes (conjointe au Nœud Nord) soient restées quelques peu en retrait, comme le montre la suppression de toutes les aides humanitaires que la compagnie avait effectué lorsqu’il n’était plus en poste. Dans le même ordre idée, il n’était pas réputé pour être très tendre avec ses employés. L’humilité, le service envers autrui, la modestie et la modération ne sont pas des traits qui caractérisaient Steve Jobs, bien au contraire. En cela, il n’avait pas totalement « purifié » son karma.

Pour conclure, le petit Steve adopté était devenu le patron d’une des plus grosses entreprises du monde, une façon pour lui de résoudre ses difficultés karmiques liées aux valeurs claniques. Mais, il était aussi devenu un dirigeant dominateur voulant tout contrôler et sans demi-mesure, occultant parfois le bon développement de sa Cérès (orientation du NN) au profit d’un Jupiter\Uranus imposant (orientation NS). L’ironie du sort étant qu’aujourd’hui, c’est son entreprise qui se retrouve définitivement orpheline de son créateur. A moins que l’aura du fondateur Jobs plane et imprègne à jamais toute la Silicon Valley. Là où est née la marque à La Pomme

 

o

Menu Pomme\Fermer la Session :

k

« La saga de Steve Jobs incarne le mythe de la Silicon Valley : le lancement d’une petite société dans le garage proverbial pour aboutir à l’édification d’un empire technologique. Jobs n’était pas un inventeur au sens strict, mais un maître pour mêler idées, art et technologie et ainsi « inventer » le futur.(Jupiter\Uranus\Cancer, Soleil\Poissons, Mercure\Verseau). (…) Certains entrepreneurs innovent parce qu’ils ont une vision globale, d’autres parce qu’ils maîtrisent les détails. Jobs faisait les deux, sans discontinuer.(Jupiter\Uranus, Poissons, Cérès). Résultat, il lança une série de produits durant ces trois dernières décennies, qui ont révolutionné des industries entières. »

 

« Steve Jobs était-il plus intelligent que le commun des mortels ? Non, en tout cas pas notablement. Mais il était un génie. Son imagination était instinctive, imprévisible et, par moments, fulgurante. (Lune\Bélier, Mars, Jupiter\Uranus, Mercure\Verseau). Jobs était un « génie magicien », pour reprendre les termes du mathématicien Mark Kac, un homme dont les visions venaient de nulle part et découlaient de l’intuition plutôt que d’un processus mental. (Jupiter\Uranus carré Neptune, Soleil\Poissons). Tel un pisteur, il absorbait les informations, humait le sens du vent et trouvait le chemin de l’avenir. »

p

« Ainsi, Steve Jobs est le chef d’entreprise de notre époque qui aura le plus de chance de rester dans les mémoires d’ici un siècle (Jupiter\Uranus en Cancer, Mars). Plus que n’importe qui à son époque, il a créé des produits totalement innovants, mêlant la puissance de la poésie et des processeurs (Jupiter\Uranus carré Neptune et Mars, Soleil\Poissons, Mercure\Verseau). Avec une férocité qui pouvait rendre les collaborations avec lui aussi destructrices que passionnantes (Jupiter-Uranus carré Mars, Lune\Bélier\VII, Saturne\Scorpion\III carré Pluton), il a bâti l’entreprise la plus créative du monde. Et il a réussi à distiller en son cœur la sensibilité artistique, le perfectionnisme et l’imagination qui feraient sans doute de la Pomme, même d’ici plusieurs décennies, l’entreprise la plus prospère, au carrefour des arts et de la technologie (Jupiter\Uranus en Cancer au carré de Neptune et Mars et opposé à Vénus\V, Soleil\Poissons\VI, Cérès\Capricorne, Mercure\Verseau). »

 

« Le meilleur moyen de prédire l’avenir, c’est de l’inventer », Steve Jobs.

 b

b

Pour clôturer totalement le dossier « Jobs », retrouvez ici en prime les comparaisons astrologiques entre les thèmes astraux de Steve Jobs, Bill Gates, Steve Wozniak et bien sûr Apple !

b

Sources :

– Principalement et en majeur partie la biographie de Walter Isaacson : Steve Jobs

– Documentaires TV’s : « La face cachée de Steve Jobs », « Comment Steve Jobs a changé le monde »,…

– Articles du Nouvel Obs

Wikipedia officiel de Steve Jobs

 

 

Tous droits réservés sur le texte.

Guillaume Cosnier.

www.cinquiemesoleil.com

Participez à la vie du blog !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.