Neptune-Pluton et le monde merveilleux-fantastique de Tolkien | Partie 2

L’exploration du thème astral de J.R.R Tolkien n’est pas encore tout à fait terminée. Dans cette deuxième partie, nous continuons l’aventure « Tolkien » en rapprochant le ciel de naissance de notre fabuleux auteur et son œuvre principale : le Seigneur Des Anneaux !

——————————————————————————————————————————————–

b

Le Bien et le Mal :

Pour résumer la partie précédente, nous retrouvons tout au long de la vie de Tolkien cette configuration planétaire à l’œuvre : Neptune\Pluton en Gémeaux\maison IX, Jupiter\Cérès\Lune dans le signe des Poissons et la conjonction Saturne\Lune Noire en Vierge\maison I.

Toutefois, celle-ci est particulièrement flagrante et « visible » dans un domaine précis de la vie de Tolkien. Car que pourrait donner ce « coté Saturnien », propice à l’Ordre, à une Éthique morale sans faille, à des principes clairement définis, à une discipline parfois austère, une attitude « conservatrice », combiné à l’amas en Poissons qui est le signe de la spiritualité, de la charité et de la dévotion à un plus grand Tout ? Oui, tout cela nous mène facilement à la religion !

D’autant plus que la dominante Neptune\Pluton en IX confirme des aspirations à un idéal religieux qui permettent à Tolkien d’appréhender profondément le monde du Divin. Par conséquent, cette dominante planétaire lui offre l’opportunité d’une transformation idéologique, intellectuelle et spirituelle qui n’est pas « sans laisser des traces indélébiles ».

Tolkien était un catholique romain à la foi fidèle et toute son œuvre littéraire est infusée de « religiosité »: sa conception même du Bien et du Mal qui transparaisse dans ses fictions sont empreintes de ses croyances religieuses. Il écrivit lui-même :

« Le Seigneur des anneaux est bien entendu une œuvre fondamentalement religieuse et catholique ; de manière inconsciente dans un premier temps, puis de manière consciente lorsque je l’ai retravaillée. C’est pour cette raison que je n’ai pratiquement pas ajouté, ou que j’ai supprimé les références à ce qui s’approcherait d’une « religion », à des cultes et à des coutumes, dans ce monde imaginaire. Car l’élément religieux est absorbé dans l’histoire et dans le symbolisme. »

En astrologie, l’axe Vierge\Poissons correspond d’ailleurs particulièrement bien au Christianisme et le thème natal de Tolkien en est une très belle représentation : AS Vierge, Saturne\LN\Vierge\I, amas Poissons, le tout condensé magistralement par une Cérès en Poissons. Et tous ces facteurs astrologiques sont dominants !

Orcs vs Elfes

Nous retrouvons également cette dialectique du bien et du mal au sein même de l’œuvre de Tolkien. D’une part, nous distinguons bien que les Elfes et une partie des Hommes et des Hobbits, sont proches de la Nature. Pour exemple, les Arbres, symboliquement ou non, sont mis en avant à travers les Ents, l’Arbre de Valinor trônant au milieu de la place de Minas Tirith ou encore la forêt de la Lorien. Quant aux Hobbits, ils sont généralement très bons vivants, sûrement à l’image de Tolkien qui appréciait les bonnes choppes de bières et les discussions avec ses copains (repensez aux scènes dans les tavernes !). Mais le monde des Hobbits, c’est aussi les prairies fertiles, les papillons qui virevoltent et l’ambiance de ces campagnes qui procurent à ses habitants ce sentiment de joie et d’harmonie.

Et puis, s’agissant des Elfes, nous ne pouvons oublier la féerie de leurs forêts ainsi que leurs lieux de vie plus poétiques et magiques les uns que les autres, constamment bercés par des chants inspirant à s’élever vers les étoiles. Les Elfes – et certains Hommes – sont davantage portés par des valeurs basées sur le partage, l’intuition, l’amitié, l’amour, l’entraide et la réceptivité à des dimensions subtiles de la vie.

Nous pourrions même dire qu’il y a une puissante accentuation du pouvoir Féminin Sacré et de la Lumière Spirituelle chez quasi tous les membres du Peuple des Elfes : Galadriel et Arwen en sont d’ailleurs les meilleures représentantes de par leur douceur, leur compassion et leur tendresse. Ainsi, l’évocation d’un Paradis sur Terre, tel que nous l’imaginerions dans nos rêves les plus lumineux, n’est vraiment pas loin. Dans une certaine mesure, la race Elfique est la Gardienne de ce « Paradis » dont les Hommes devront un jour reprendre le flambeau en cultivant leur Foi en la Vie et au Bien. En l’occurrence, nous sommes donc proches des vertus neptunniennes – de la conjonction Neptune\Pluton – quand elles sont « positivées » et telles qu’elles sont symbolisées dans le thème de Tolkien par Jupiter\Cérès\Lune en Poissons.

D’autre part, nous avons les Orcs, les Mauvais Hommes et leurs Hybrides : les purs produits de la Science mortifère martelant et éviscérant la Terre à des fins de pouvoirs égoïstes et malsains. Leurs intentions sont de développer des mécanismes machiavéliques afin de maintenir les peuples dans l’esclavage et l’exploitation. Les lieux arides et asséchés du Mordor, et ceux occupés par Saroumane dont la verdure a laissé place à la boue, nous rappellent ces usines « vampirisant » sans fins toutes les ressources de leurs habitats de façon systématique et automatique. Leur philosophie est mécaniste, machinale et infernale. Ils mettent à profit les Technologies du Mal dans l’intention de détruire et de saccager. Les épées et les armures sont forgées dans la haine, à coups de fouet et « à la chaîne », et non de façon pure et sacrée comme le sont les Artefacts Elfiques.

L’industrie, l’économie et la science servent la guerre tandis que les Humains sont considérés « sans âmes » et comme de la « chair à canons ». Quand à Sauron, il est bien la représentation et l’incarnation du Mal Absolu : Satan, le Diable, le Borgne, L’œil Unique. Nous retrouvons donc ici la concentration de toutes les peurs, de toutes les craintes, de tous les Fléaux et les pires horreurs que portent finalement, d’une certaine façon, l’Homme en lui-même. Nous penchons ici métaphoriquement vers les dérives plutonniennes – de la conjonction Neptune\Pluton – quand celui-ci (Pluton) est « négativé » et dont Saturne\Lune Noire en Vierge appuyé par un puissant Mars\Scorpion en sont les symboles dans le thème de Tolkien.

Il n’est donc pas étonnant d’observer que l’opposition du Bien contre le Mal est mise en évidence par notre auteur. D’autres images vont dans ce sens. Les Arbres Vivants – les Ents – qui se rebellent contre la Tour de Saroumane en renversant les foreuses et les machines pillant le sol en sont un bel exemple. D’ailleurs, en détruisant le barrage construit par Saroumane, l’Eau se déverse tel le Déluge et recouvre le Feu malicieux opérant dans les tréfonds de la Terre.

Mais nous pensons aussi à  Frodon qui tient sa Fiole de Lumière, offerte par Galadriel en personne, dans l’antre de l’Araignée où il est emprisonné et empoisonné dans ses toiles dans le noir le plus total, mais malgré tout sauvé par l’amour de Sam. Et puis, nous avons également le souvenir de ces Nazguls reculant devant les pouvoirs de la Nature invoquée par Arwen ;  de l’humilité et du sacrifice des membres d’un petit peuple face à la puissance gigantesque du Mal ; etc. Tous ces exemples ont ce point commun : c’est la Nature contre la Machine démoniaque, les « pierres contre les Tanks », les peuples opprimés contre un système destructeur, la lumière contre les ténèbres.

Dualité du monde des Hommes

Dans sa vie même, Tolkien fut profondément marqué par ses expériences des deux guerres mondiales : il était sur le front durant la Première et perdit un fils durant la Deuxième. Sans nul doute, cela a largement contribué à influencer la teneur de son récit. Si, au début, ses contes étaient destinés à ces chers enfants qu’il adorait (il aimait leur écrire des lettres provenant prétendument du Père Noël) (Neptune, Jupiter\Cérès\Lune en Poissons), le Seigneur des Anneaux repose sur un fond de nostalgie, de pessimisme et de fatalisme voire d’une certaine mélancolie (Pluton, Saturne\LN, Vierge, Mars\Scorpion). Les situations désespérées sont nombreuses, ténébreuses, douloureuses et laissent des cicatrices éternelles.

Malgré les notes d’optimisme (Neptune, Jupiter\Cérès\Lune en Poissons), l’apparente victoire du Bien sur le Mal n’est qu’éphémère. A l’image de la guerre, même victorieux, rien ne peut remplacer les morts tombés au combat, et les terres gardent les stigmates des batailles pendant très longtemps. Ainsi, les Elfes quittent les rivages de la Terre du Milieu, Frodon délaisse la Comté et ressent encore sa blessure ouverte, les Ents sont voués à disparaître en dépit de retrouver leurs compagnes, la Terre est ravagée, une page se tourne, une Ère change et ne sera plus jamais la même. (Neptune\Pluton)

Dans sa vie de tous les jours, Tolkien ressentait lui-même ce Temps qui passe et s’écoule. Il constatait toujours plus l’avancée de cette industrialisation massive qui faisait inéluctablement son chemin, modifiant ses souvenirs d’enfances et envahissant ses paysages ruraux qui lui étaient si familiers. Mais finalement, le Bien et le Mal se confondent en une Dualité complémentaire donnant naissance à une Évolution que rien n’arrête et qui dépasse le parti pris d’une polarité par rapport à une autre. Tolkien pensait qu’il restait aux hommes de savoir ce qu’ils feront de cette Marche Évolutive…

Quoi qu’il en soit, selon lui, l’humanité se devait d’être vigilante face au Mal tapis dans l’ombre car toujours prêt à resurgir lorsque nous montrons le moindre signe de faiblesse. Tel était sûrement le message principal de Tolkien, dont il était le Porteur à son époque et tel qu’il nous le transmet encore aujourd’hui à travers une poésie fébrile et une histoire épique mais fragile. Une histoire, reflet à la nôtre, où se côtoie un monde d’Acier, Obscur et Noir, et un monde qui porte au fond de son Cœur une Lueur d’espoir à ce que les Corps, les Âmes et les Esprits ne soient plus souillées. (Neptune\Pluton\Gémeaux\IX ; Jupiter\Cérès\Lune en Poissons ; Saturne\LN, Vierge, Mars\Scorpion).

Bien sûr, cette conjonction Neptune\Pluton catalyse ces deux parties (Bien\Mal) en un Tout unique. Mais inconsciemment, Tolkien a certainement été dans l’obligation de « dissocier cet aspect » pour mieux en faire ressortir toutes les facettes et les nuances – bien sûr, aidé en cela par Saturne\LN\Vierge, Mars\Scorpion d’un côté et par Jupiter\Cérès\Lune\Poissons\VIII de l’autre. De fait, peut-être voulait-il nous faire comprendre, ou cherchait-il pour lui-même, par le biais de son Œuvre, quel était l’Idéal transcendant de cette conception du Bien et du Mal. Le symbole, caractérisé par Neptune-Pluton, en était-il la clef ? Ou plus simplement, est-ce que Tolkien, qui était un fervent catholique, avait-il eu du mal à assimiler et à intérioriser le message subtil mais implacable de Neptune\Pluton, à savoir que la Renaissance Spirituelle devrait intégrer pleinement le rôle des Forces de l’Ombre ? Les réponses à ces questions sont probablement cachées au sein de son Univers et de ses divers écrits.

b

L’Anneau et le Pouvoir Neptuno-Plutonnien :

Si nous continuons notre périple au cœur même de l’histoire contée du Seigneur des Anneaux, nous remarquerons un point tout à fait fascinant et révélateur : sa conjonction Neptune\Pluton (première dominante du thème, pour rappel) est le reflet imagé d’un élément fondamental sur lequel est basée toute la Saga, l’Anneau de Pouvoir !

Dans le récit, Sauron a introduit toute sa puissance et tous ses artifices maléfiques dans cet Anneau afin d’élaborer un Empire du Mal absolu. Inconsciemment ou non, Tolkien a symbolisé les « mauvaises utilisations » que l’on peut faire du cycle Neptune\Pluton (qui se trouve être le plus long des cycles planétaires) à travers cet Artefact puisqu’il y était lui-même sensibilisé.

A l’évidence, l’Anneau Neptuno-Plutonnien est cet objet magique corrupteur par excellence et tous sont fascinés par son magnétisme irrésistible. Nul ne résiste à ses tentations et à ses illusions. Tous veulent le posséder et le convoitent aveuglément au prix de n’importe quelle destruction. Les moyens qu’utilise l’Anneau sont la tromperie, la manipulation subtile, la ruse pernicieuse. Tout naturellement, il sème la discorde, la zizanie et les troubles dans les cœurs. Même les plus grands Sages préfèrent éviter sa présence pour ne pas sombrer dans une folie tyrannique encore plus grande que Sauron lui-même. De par leur avidité sans bornes, l’Anneau a rendu les Rois des Hommes, des Spectres Errants et les Ombres de qui ils étaient, enchaînés dans les Ténèbres et à jamais perdus dans l’Obscurité.

L’Anneau met littéralement à nu celui qui le porte puisque un de ses « pouvoirs » est de rendre invisible son possesseur afin que celui-ci puisse se dérober aux yeux des mortels et voir une autre réalité intangible. D’ailleurs, l’invisibilité symbolise parfaitement Neptune\Pluton car elle contient en elle-même ces notions de « voile des apparences », de mystères, d’espionnages, d’illusionnismes, de prestidigitations, de secrets, de fantômes,…

Mais les Forces Neptuno-Plutoniennes entourant l’Anneau sont encore plus terrifiantes. Elles font traverser son acquéreur vers ses profondeurs les plus tortueuses dans l’intention de le faire succomber et de le détourner de son véritable chemin, et ce à l’aide de charmes impitoyables et tentateurs. L’Anneau Unique éveille les pires tourments et exacerbe à l’extrême les terribles vices qui rongent la personne de l’intérieur (Pluton) tout en lui faisant miroiter (Neptune) qu’il sera Tout-Puissant (Pluton). Il connaît chacune de nos faiblesses et l’exploitation de celles-ci lui donnent une Force encore plus grande. A contrario, l’Anneau est lui-même indestructible et incorruptible (Pluton) car dévoué (Neptune) à son seul Maître et Créateur. Il y est attaché comme à un aimant. Et personne n’échappe à sa Puissance Magique !

Pourtant, la seule voie du Salut pour la Terre du Milieu est sa destruction. Par quels moyens ? En dissolvant l’Anneau là où il a été conçu, c’est-à-dire dans les eaux alchimiques des forces Ténébreuses, dans la lave de la Montagne du Destin. D’ailleurs, la dissolution de cet Anneau et des énergies maléfiques contenues en lui permettra la Renaissance ou l’Ouverture vers un Nouvel Age ainsi que la disparition, par « l’absorption sous terre », de tout ce qui a été construit par Sauron : « le château de carte » étant redevenu poussière ! Ici, vous avez Neptune\Pluton dans toute sa splendeur !

Frodon, Sam et Gollum

Toutefois, il y a encore des éléments intéressants en rapport avec cette conjonction Neptune\Pluton puisque la quête de l’Anneau est elle-même « portée » par des personnages caractérisés par les axes Scorpion\Taureau  (ce qui renvoie à Pluton) et Vierge\Poissons (en correspondance avec Neptune). En effet, Frodon et Sam représente assez bien cet axe Vierge\Poissons, tandis que Gollum symbolise cet axe Scorpion\Taureau (en analogie avec Pluton). A l’évidence, cette trinité de personnages est fondamentale pour la trame de l’histoire dont le centre tourne autour de l’Anneau (Neptune\Pluton).

Observons donc en détail ces trois protagonistes principaux :

Du côté de Gollum, on voit qu’il s’est totalement laisser dépérir et pourrir par les énergies scorpionnes de l’Anneau, réveillant en lui ses forces les plus négatives : l’attachement absolu. « Mon précieux trésor » est d’ailleurs une parole constamment répétée par Gollum, révélant un comportement de « compulsif obsessionnel », fixé et rivé sur un seul but : la possession de l’Anneau. Mais Gollum incarne aussi la malice la plus fourbe, l’assassinat, la folie, la paranoïa,…

D’ailleurs, les refuges de Gollum se trouvent sous terre, dans des grottes sombres. Il se cache dans l’obscurité, concoctant en secret ses sournoiseries tout en se nourrissant quasi-exclusivement de poissons crus. En « croquant » le poisson, il « croque » Neptune. Et renie toute spiritualité au profit de sa seule quête, celle lui procurant l’illusion du pouvoir matériel illimité. Oui, car Gollum croit que grâce à l’Anneau, il aura toujours plus de poissons !

Gollum lui-même est rejeté, torturé, battu, méprisé et, en bon Scorpion, c’est la vilaine et méchante bête qui reçoit tous les coups et qui est haïe par tout le monde. On ne s’étonnera donc pas qu’il connaisse à merveille les chemins secrets des marécages (analogie classique avec le Scorpion) hantés par les morts ! En un mot, Gollum applique à la lettre la maxime Scorpionne « la fin justifie tous les moyens » pour obtenir l’Anneau, quitte à mourir pour lui.

k

Quand à Frodon, le neptunien, il se dévoue et se sacrifie pour une mission qui le dépasse, bien plus grande que lui, en servant une cause supérieure à sa « petite » personne. Même si cette quête est folle, utopique et sans espoir pour la majorité et l’ensemble des peuples, Frodon est prêt à faire preuve de courage (le grand test pour les Poissons), certainement portée par une Foi venant de l’au-delà. C’est son Fardeau, sa mission Divine et il accepte son Destin en faisant don de soi et en s’abandonnant totalement à l’Inconnu, quoiqu’il arrive. Il est celui qui doit dissoudre les tentations de l’Ego, celui qui doit purger le Karma collectif (tel Jésus-Christ) en vivant les plus grandes souffrances. C’est celui dont la mission est de sauver toute la Terre du Milieu !

Dans sa relation même à Gollum, Frodon change son attitude et se tourne beaucoup plus aisément vers ses énergies neptuniennes : au début, si Frodon a de la méprise pour Gollum, au cours de son chemin, il éprouve de la pitié pour cet être, voire de la compassion. Frodon veut aider Gollum à sortir de son marasme (le Scorpion est au trigone des Poissons).

Tout naturellement, il ira même jusqu’à prendre la défense de cette pauvre créature semblant si faible et si frêle. Frodon ressent qu’il peut sauver ce miséreux de Gollum et souhaite faire ressortir son « bon côté ». Évidemment, comme très souvent chez les neptuniens, Frodon va idéaliser un peu trop la situation, et c’est ainsi que Gollum, ayant connaissance de la bonté et de la générosité que lui portait Frodon, en profita pour jouer les martyrs et tromper la crédulité de Frodon. Illusionné, Frodon se fera trahir et sera empoisonné par le dard d’une araignée. Gollum ayant injecté son venin par l’intermédiaire d’une vorace araignée, une technique typiquement scorpionnesque !

Mais, au bout du compte, Frodon est bien celui qui tentera de clôturer la fin du Troisième Age par le dévouement le plus total (Neptune).

o

Quand à Sam, probablement marqué par la Vierge et le Taureau, il restera jusqu’au bout le fidèle serviteur de Frodon. C’est lui le jardinier qui gère les réserves de nourriture, qui cuisine (sources de conflits chez notre trio), et c’est lui qui est beaucoup plus réaliste, lucide et terre à terre face aux manipulations, aux mensonges, aux tricheries et aux traîtrises de Gollum. Car Sam voit clairement dans le jeu de celui-ci (Taureau opposé Scorpion : tension perpétuelle entre Gollum et Sam).

C’est aussi Sam qui soutiendra sur ses fortes épaules un Frodon en perdition. En faisant preuve d’une endurance et d’une obstination incroyable, Sam a toujours été présent dans toutes les épreuves éprouvées par Frodon, même quand celui-ci le renvoya chez lui. Il s’est occupé de Frodon jusqu’au bout et sans Sam, Frodon aurait sûrement abandonné son périple bien avant d’atteindre son but. Sam représente donc la fidélité, la servitude, la simplicité, le bon sens, les raisonnements utiles et pratiques, la force tranquille mais aussi celui qui donne les moyens d’aller jusqu’au bout de ses buts, celui sur qui l’on peut se reposer quand tout va mal. En bon représentant des Vierges et des Taureaux, il a su se rendre indispensable et complémentaire à Frodon tout en sachant faire le contrepoint aux divagations de son Maître et en apportant un ancrage terrestre à un Frodon flirtant avec des mondes invisibles (Vierge opposé Poissons). A l’inverse, ce fût Frodon qui sauva de la noyade (Poissons) un Sam qui ne savait pas nager (Taureau\Vierge, deux signes bien terrestres) !

Trio de l’Anneau

Pour conclure, on peut dire que c’est grâce à la pitié de Frodon pour Gollum (Neptune) que l’Anneau fut détruit, puisque l’aveuglement possessif de Gollum le fit tomber dans la lave avec l’Anneau (Pluton), ce qui n’aurait pas été possible si Frodon avait tué Gollum. En fin de compte, la Malice de l’Anneau et tous les Pouvoirs dont il abusait se sont retournés contre lui puisqu’il s’est autodétruit dans un ultime coup de grâce par le biais d’un Scorpion négativé (Pluton) et d’un Poissons croyant en une folie (Neptune). Quelle ironie du sort ! Malgré tout, ceux sont les valeurs de notre trio dans son ensemble qui ont permis de réunir les conditions favorables à la destruction de l’Anneau. En effet, pour retourner tous les Vices contre eux-même (Scorpion, Poissons), il y avait la nécessité de faire preuve de foi, de servitude, de ténacité, de compassion, d’endurance et de simplicité (Taureau, Vierge, Poissons).

D’ailleurs, si l’on y regarde d’un peu plus près, on observe que le processus de destruction de l’Anneau avait déjà commencé lorsque Frodon s’était combattu avec lui-même d’une façon impitoyable (Pluton) et quand il sût se dépasser en cultivant sa Foi (Neptune) tout en sachant, qu’inéluctablement, l’Anneau prendrait le dessus. Frodon s’est sacrifié plus que n’importe quel autre personnage et s’est focalisé sur les vertus neptuniennes jusqu’au bout de ce qui était possible.

En soi, c’est pour cette raison que les Elfes lui accorde l’exil sur leurs terres lointaines car il s’était transcendé par le pur Don de Soi et par le désintéressement. Finalement, Frodon ne recherchât jamais aucune gloire et se retira loin des Aventures de son Monde, en toute humilité. De même pour Sam, sa fidélité et son soutien à toute épreuve. (Axe Vierge\Poissons).

Par le Sacrifice et la Transcendance Personnelle d’une modeste personne envers une Cause qui la dépasse, Sauron et son Anneau Unique avait déjà perdu la Guerre (Neptune\Pluton).

b

L’exploration astrologique du thème de naissance notre écrivain n’est toujours pas finie ! Vous pouvez approfondir dans la troisième et dernière partie de ce dossier la vie de J.R.R Tolkien à travers quelques éléments astro-biographiques !

b

Sources :

Biographie de Humphrey Carpenter, J. R. R. Tolkien, une biographie

Wikipedia officiel de Tolkien

Sites principaux dédiés à Tolkien et à son œuvre (www.pourtolkien.fr,

www.jrrvf.com, www.tolkiendil.com, www.tolkienfrance.net,…)

 

 

Tous droits réservés sur le texte.

Guillaume Cosnier.

www.cinquiemesoleil.com

Participez à la vie du blog !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.