Comment trouver les dominantes astrales d’un thème natal ?

Les dominantes planètaires de son thème astral

Que ce soit à titre personnel, pour vos amis ou encore pour approfondir vos techniques astrologiques, découvrez une des meilleures façons de révéler les précieuses dominantes astrales d’une carte céleste !


Niveau 1-2 : pour débutant et amateur.

Sommaire :

 À quoi ça sert ?

La méthode !

« Pool de dominantes » et co-dominantes secondaires.

C’est parti pour les premières interprétations !


 À quoi ça sert ?

Très souvent pour le jeune padawan en astrologie, une fois que toutes les essences planétaires, les énergies zodiacales et les maisons astrologiques sont bien saisies, un dilemme peut apparaître devant une carte du ciel bardée de tous ses symboles : par quel bout commencer pour aborder la dite carte ? Car même si une bonne interprétation d’un thème natal demande une vision holistique de celui-ci, il est nécessaire dans un premier temps de jeter son dévolu sur des « éléments premiers et essentiels » du ciel de naissance avant de le considérer dans son entièreté. Les premiers coups d’œil  sur ces « parties primordiales » donneront ainsi une première ligne interprétative directrice, une « toile de fond astrale », au thème natal.

Ce n’est que plus tard qu’on envisagera d’observer toute carte céleste comme une « fractale » : un simple « zoom » sur une position astrologique particulière fera toujours écho à l’ensemble du thème natal pris dans sa globalité. Ces « zooms » ne se dissocieront alors plus de cette belle « toile de fond astrale » étudiée lors de notre première analyse. Par conséquent, les facteurs astrologiques primordiaux d’un ciel de naissance l’en infuseront complétement. Ils lui en donneront une texture générale, une saveur unique, une ambiance personnelle !

Mais alors quelles sont ces « parties primordiales » qui serviront à la fois de socle et de « départ » à l’analyse de nos chers ciels de naissance ? Tout d’abord, il y a l’indispensable et fameux triptyque Soleil-Lune-Ascendant que l’on pourrait compléter avec un regard sur la position des Nœuds Lunaires et la croix formée par le Milieu du Ciel, l’Ascendant, le Descendant et le Fond du Ciel. Avec ces éléments astrologiques en ligne de mire, on démarre déjà sur d’excellentes bases pour nos incroyables interprétations !

Ensuite, de manière absolument complémentaire et organique, on focalise davantage son attention sur les incontournables dominantes astrales (elles peuvent être des luminaires, des planètes, des astéroïdes comme Cérès ou encore la Lune Noire). Et comme son nom l’indique si bien, les « dominantes astrales » d’un thème natal façonnent les « dominantes » – caractérielles, psychologiques, physiques, spirituelles et autres – de notre personnalité intégrale. Avec elles, nous pouvons vraiment avoir une approche simple, complète et précise d’un thème astral. A partir de là, on peut commencer à faire de « beaux portraits » astrologiques fins et nuancés. Et bien plus !

Par exemple, pour une étude prévisionnelle, le fait de connaître les dominantes astrales d’un thème permet d’identifier très rapidement de la puissance potentielle d’un transit astrologique : un enthousiaste Jupitérien ressentira sans doute avec plus d’importance les influx des transits de Jupiter que le sextile d’un Pluton tandis que le passage d’un Saturne dissonant sur son Jupiter de naissance pourra contrarier comme jamais sa nature enjouée ! Je suis certain que vous voyez déjà spontanément l’intérêt de la chose !

Quoi qu’il en soit, le sujet de notre tutoriel est justement de savoir comment déceler ces prestigieuses dominantes astrales. En résumé, voici les précieux avantages de connaître les dominantes d’un thème natal. Elles permettent au premier abord :

– de ne pas se disperser dans la profusion des éléments astrologiques d’un thème.

– d’orienter immédiatement et solidement son approche sur les facteurs essentiels du thème et ainsi en découvrir le « noyau, le cœur astrologique » d’une façon plutôt fluide et rapide.

– d’avoir une image HD de la personnalité qui est à la fois exhaustive, juste et détaillé.

– d’avoir une structure primordiale de base du thème qui servira dès lors « d’ancrage profond » pour toutes les applications astrologiques (prévisionnel, synastrie, étude karmique, etc).

 i

La méthode !

C’est peut-être là où le bât blesse : si la majorité des astrologues semblent en accord pour dire que les dominantes astrales d’un thème natal sont très importantes à prendre en considération, ils diffèrent très souvent dans la manière de les définir ! Du calcul de « la chaîne de maîtrise planétaire » par un système de notation en passant par l’exclusive astro-statistique, il y en a pour tous les goûts mais il y a surtout de quoi s’y perdre !

Pour ma part, je ne vais donc pas vous proposer une énième « formule magique » miraculeuse mais plutôt une façon de faire qui regroupe un peu toutes les autres tout en conservant à la fois intuition, simplicité et méthodologie. Cependant, je tiens à préciser que je ne réinvente rien du tout, je mets juste à disposition de tous ce qui est le fruit de l’enseignement que j’ai reçu ainsi que de mes propres recherches sur le sujet et de mon expérience directe avec mes consultants.

Mais trêve de bavardages, passons maintenant au vif du sujet, à savoir comment déterminer concrètement si nous avons à faire à un thème d’un mystique Urano-Neptunien à l’inspiration déjantée, d’un Plutonien à l’aura magnétique et chargé de mystérieux secrets ou encore d’un Taureau Cérèsien gestionnaire jusqu’au bout des ongles mais ayant une formidable main verte !

1/ Conjonction(s) aux Angles Majeurs

On observe avant tout dans le thème natal les planètes conjointes aux angles dits majeurs – MC, AS, DS, FC. Celles-ci se situeront souvent d’emblée dans le peloton de tête des dominantes astrales ! Cependant, on place d’abord en « pole position » les planètes qui se trouvent conjointes au Milieu du Ciel et à l’Ascendant et ensuite celles qui se collent au Descendant et au Fond du Ciel. (Petite précision : ici, comme pour tous les autres points abordés, quand j’emploie le terme « planète », j’entends les luminaires, les planètes de Mercure à Pluton, certains astéroïdes comme Cérès ou encore la Lune Noire. Après chacun peut y ajouter les facteurs astrologiques qu’il préfère).

Planètes conjointes à un angle majeur.

Jupiter et Mercure conjoints au MC.

Pour la question de l’orbe de ces conjonctions, vous pouvez y aller au moins jusqu’à 10° de part et d’autre d’un angle, c’est-à-dire qu’un beau Jupiter conjoint au MC à 8° d’orbe sera à prendre en considération qu’il se situe en Maison X ou en Maison IX. Évidemment, plus la planète conjointe à un angle aura un orbe serré, plus elle gagnera en « puissance ».

Enfin, dernière remarque hyper importante – et qui sera également valable pour les points suivants – une conjonction de planètes peut être dominante en tant que telle et à part entière ! Par exemple, si une triple conjonction Neptune-Mercure-Vénus est conjointe à l’Ascendant, c’est l’ensemble de cette conjonction qui est dominante et qu’il faudra interpréter comme un Tout indissociable. Toutefois, en fonction des cas, il se peut qu’une des planètes de la conjonction prédomine sur les autres, ce qui permettra d’affiner l’analyse de la conjonction proprement dite, mais il faudra malgré tout toujours garder à l’esprit que c’est la globalité de la conjonction qui est dominante.

2/ Planète(s) en Maison I

Si dans le thème astral il n’y a pas de planètes conjointes à l’Ascendant, la planète – ou la conjonction de planètes – située dans la Maison I prendra un certain leadership puisque la dite Maison I est associée au tempérament, d’où son importance particulière.

Planète en maison I.

Conjonction de Jupiter et Saturne en Maison I.

À noter que plus la planète est proche de la cuspide de la maison II, plus elle perd de son leadership. Un Mars en Maison I positionné à 6° d’orbe de la cuspide d’une maison II ne fera pas forcément du natif un pur martien tandis que le même Mars posté à 12° d’orbe de la cuspide de la maison I (l’AS) gagnera réellement en puissance brute !

3/ Conjonction(s) aux luminaires

J’évoquais plus haut que le triptyque de base Soleil-Lune-Ascendant était fondamental dans un thème astral, il semble ainsi naturel que toute planète (ou toute conjonction de planètes), conjointe au Soleil et\ou à la Lune prenne une valeur de dominante puisque celle-ci viendra systématiquement « colorée » la facette solaire et\ou lunaire d’un individu.

En revanche, dans les cas où le Soleil et la Lune sont conjoints ensemble (type nouvelle lune) sans qu’ils soient conjoints à une planète, ce n’est ni le Soleil ni la Lune qui se retrouveront valorisés mais bien le signe zodiacal dans lequel ils se situeront !

Planète conjointe aux luminaires

Mars conjoint à la Lune.

Comme pour les planètes conjointes aux Angles (MC-AS-DS-FC), vous pouvez largement accepter un orbe jusqu’à 10° pour les conjonctions aux luminaires.

4/ Conjonction au Maître d’Ascendant

Il fut un temps où nombre d’astrologues considérait comme acquis que la première dominante d’un thème astral était systématiquement la planète maîtresse de l’Ascendant. Aujourd’hui encore, beaucoup en font de même. C’est dire l’importance que l’on accorde à cet Ascendant et à sa planète maîtresse, souvent avec raison ! Pour ma part, je relativise tout de même sa puissance de « Reine du Thème » tout en conservant son importance capitale.

Par conséquent, le Maître d’AS pourra prétendre à faire partie des co-dominantes d’un thème mais si une planète est conjointe à celui-ci, c’est cette planète qui prendra le relais de co-dominante. Par exemple, si Vénus est la planète maîtresse d’un Ascendant Taureau mais que cette même Vénus est conjointe à Saturne, alors c’est Saturne qui accroîtra davantage sa force dans le thème.

Saturne conjoint au Maitre d’Ascendant Pluton.

Cependant, il y a une exception avec les conjonctions au Maître d’AS quand il s’agit d’une conjonction avec le Soleil ou la Lune : la conjonction du Maître d’AS au Soleil ou à la Lune ne valorise pas le Soleil ou la Lune mais le Maître d’AS lui-même. Dans ce cas-là, il augmente même considérablement sa puissance !

Là aussi, la conjonction au Maître d’AS peut être prise dans un orbe d’environ 10°.

5/ Conjonction(s) aux Nœuds Lunaires

À mon sens, l’axe des nœuds lunaires est un des « piliers astraux » dans la structure fondamentale d’un thème natal, d’où le fait qu’une planète (ou une conjonction de planètes) conjointe au Nœud Sud ou au Nœud Nord entrera facilement dans l’arène des « dominantes » ! On préconise une fois de plus un orbe pouvant aller jusqu’aux environs des 10° pour ce type de conjonction.

Planète conjointe aux Noeuds Lunaires.

Neptune et Jupiter conjoints au Noeud Nord.

Toutefois, ajoutons une nuance entre le fait qu’une planète soit conjointe au NS ou au NN. Si elle l’est au Nœud Sud, cette dominante planétaire sera très tôt effective dans la vie du natif, voire dès la naissance, au point de se demander si l’individu ne récupère pas tout le potentiel de cette dite planète depuis une vie antérieure ! Tandis que si elle l’est au Nœud Nord, cette dominante planétaire pourrait ne pas se faire jour tout de suite chez la personne mais « s’activera » plus tard, au fil d’expériences multiples et de façon beaucoup plus progressive dans le développement de la personnalité. Ainsi, la planète au NS est en quelque sorte une dominante « innée » alors que celle au NN est plutôt une dominante « future », « en potentiel » et à « acquérir ». En revanche, les individus auront plus de difficultés « à aller vers leur NN » si ils ont une planète dominante sur leur NS et à l’inverse, les individus auront plus de facilité « à se dégager de leur NS » si ils ont une planète dominante à leur NN.

6/ Planète(s) en domicile ou en exaltation

Une planète qui se trouve en domicile, c’est-à-dire dans le signe zodiacal ou une Maison qu’elle « maîtrise » et dans lequel elle est parfaitement à l’aise, acquiert une certaine puissance supplémentaire.

Planète en domicile zodiacal ou sectoriel.

La Lune en domicile dans le signe du Cancer.

De même lorsqu’elle se situe dans un signe où elle est « exaltée ». Par exemple, une belle Vénus en Taureau (domicile) ou encore une Vénus sublimée en Poissons (exaltation) sera toujours forte dans un thème astral.

7/ Planètes en réception mutuelle

Pour ceux qui ne le sauraient pas, les planètes en réception mutuelle sont des planètes qui « échangent » réciproquement leurs maîtrises\domiciles sur un signe zodiacal. Par exemple lorsque dans un même thème natal, Mercure – Maître des Gémeaux – se situe en Bélier tandis que Mars – Maître du Bélier – se trouve en Gémeaux. Dans ces cas-là, on comprend aisément que ces positions interchangées puissent prendre de l’ampleur dans un thème puisque les deux planètes en réception mutuelle vont globalement se faire écho et s’orienter énergétiquement dans une direction très similaire. D’où leur importance dans un thème astral et le fait de considérer cette « réception mutuelle » comme potentielle dominante – ou du moins comme co-dominante – surtout si les planètes en réception mutuelle sont reliées par un aspect majeur (carré, opposition, trigone, sextile, voire quinconce).

Planète invertissant leurs domiciles zodiacaux.

Jupiter en Taureau en réception mutuelle avec Vénus en Sagittaire.

Dans notre exemple ci-dessus, il y a de grandes chances que le combo Mercure\Bélier-Mars\Gémeaux augmente les tendances à faire de l’individu un syndicaliste polémiste à la verve enflammée et qui aime tout autant les débats d’idées que les confrontations verbales à coups d’argumentaires incisifs et sans détours !

8/ Autres

En bonus, il y a plein d’autres petites astuces basées sur les aspects majeurs qui permettent de déceler des planètes potentiellement dominantes et qui vont surtout renforcer celles déjà en lice. Je vous donne ici quelques exemples supplémentaires qui rehausseront la puissance de certaines planètes. Elles gagnent en force :

  • lorsqu’elles sont reliées par des aspects « serrés » (proche de 0° d’orbe). Plus l’aspect est serré, plus il devient important.

  • lorsqu’elles reçoivent de multiples aspects. Plus une planète reçoit d’aspects par rapport aux autres, plus elle prend de la valeur.

  • lorsqu’elles sont les seules planètes à recevoir un certain type d’aspect dans le thème. Par exemple, si elles sont les seules à recevoir un carré.

  • lorsqu’elles sont reliées par des aspects « majeurs » (carré, opposition) à la Lune ou au Soleil.

*/ Signe(s) dominant(s) et Maison(s) dominante(s)

Enfin, en parallèle à l’observation des planètes prétendantes au statut de « dominantes du thème », on relève également les potentiels signes zodiacaux dominants ainsi que les Maisons dominantes. Pour ce faire, rien de plus simple : si il y a au moins 3 facteurs astrologiques importants ou plus – planètes, luminaires, Nœuds Lunaires, Lune Noire – se logeant dans un signe ou une Maison, il ou elle devient dominant(e) !

Amas planètaire en signe.

Pluton, Mercure, Saturne et Vénus valorisant le signe du Scorpion et la Maison I.

Par exemple, un amas planétaire comprenant Mars-Saturne-Vénus dans le signe du Cancer valorisera puissamment l’énergie « Cancer » dans le thème alors qu’un Soleil accompagné de Mercure, de la Lune Noire et du Nœud Nord dans la Maison II d’une personne impliquera que les expériences\circonstances\conditionnements typiques du domaine de la « Maison II » prendront une place importante, voire « dominante », dans la vie du natif.

o

« Pool de dominantes » et co-dominantes secondaires

Arrivé à ce stade et en ayant suivi les points précédents par ordre de priorité, vous devriez avoir un aperçu global sur les dominantes astrales recherchées. Et très probablement, une « hiérarchie naturelle » a dû s’établir entre toutes ces dominantes. Cependant, il reste encore une ou deux choses à savoir pour vraiment déterminer quelles seront les dominantes parmi les dominantes !

  • La première est que plus une planète (ou une conjonction de planètes) remplit les conditions d’un des premiers points cités plus haut, plus elle se placera en « haut du panier » des dominantes. Une planète conjointe à un angle (point 1) sera quasiment toujours plus forte qu’une planète en domicile (point 6).

  • La deuxième est que plus une planète (ou une conjonction de planètes) remplit les conditions de plusieurs points cités plus haut, plus elle sera puissante. Par exemple, on comprend très vite qu’un Neptune conjoint à l’Ascendant (point 1) en Poissons (Neptune est donc en plus Maitre d’AS (point 4) et en domicile (point 6)) et au Soleil (point 2) remportera probablement la palme de première dominante d’un thème !

De cette façon, vous aurez souvent un « pool de dominantes » de deux-trois planètes qui ressortiront magistralement du thème astral, plus éventuellement une ou deux planètes supplémentaires qui feront office de co-dominantes secondaires. Mais attention, celles-ci ne seront pas à négliger dans la lecture du ciel de naissance, elles auront leurs mots à dire bien qu’elles suivront la plupart du temps la danse menée par le « pool des dominantes principales » !

Mais passons tout de suite de la théorie à la pratique par un exemple concret dans la façon d’établir une pyramide des dominantes astrales !

Cas pratique

Prenons un thème natal pris tout à fait au hasard dans la base de données du site astrotheme. Le voici :

Exemple pratique de calcul de dominante planétaire.

Pluton en tête, Neptune-Vénus-Saturne en second et Cérès en troisième.

D’un premier abord, on remarque que le Soleil est en Sagittaire, la Lune en Balance, l’Ascendant en Scorpion et que l’axe des Noeuds Lunaires se situe dans l’axe Vierge-Poissons. On visualise également immédiatement qu’il y a un amas planétaire dans le signe de la Balance et dans les Maisons 11 et 12.

Ensuite, on observe les planètes dans notre quête des dominantes en conservant à l’esprit tous les points énoncés précédemment. Premier constat : le Maitre d’Ascendant (point 4), Pluton, est pile conjoint au MC (point 1). Il trône, il culmine, il est au zénith du ciel de naissance. On le place en tête ! On constate qu’il n’y a pas d’autres planètes conjointes aux angles majeurs.

Deuxième constat probant : la triple conjonction Neptune-Vénus-Saturne est conjointe à la Lune (point 3) bien que dans cette triple conjonction Neptune-Vénus domine plus que Saturne. Neptune est en domicile sectoriel (point 6) en plus d’être maitre de l’amas planétaire situé en Maison 12. Vénus, quant à elle, est en domicile zodiacal (point 6) en plus d’être maitresse de l’amas planétaire en Balance. On constate aussi que cette triple conjonction reçoit un nombre considérable d’aspects. C’est elle qui en reçoit le plus dans le thème (point 8). Cette triple conjonction avec prévalence de Neptune-Vénus est donc particulièrement puissante ! Elle se place en deuxième dominante tout en talonnant de très près la première dominante du thème qu’est Pluton.

Troisième constat : il n’y a pas de planète en Maison I (le Soleil étant trop proche de la cuspide de la Maison 2 pour être véritablement pris en considération), il n’y a pas non plus de planètes conjointes au Soleil ou d’autres planètes en domicile.

Enfin, dernier constat : Cérès est pile conjointe au Noeud Nord (point 5). Pour la petite subtilité, elle est en plus régente karmique du Noeud Sud en Vierge, ce qui la valorise encore davantage. On la place donc naturellement en troisième position !

Et voilà, c’est tout, c’est terminé, nous avons réussi à révéler notre trio de tête – Pluton, Neptune\Vénus\Saturne, Cérès – à inclure dans la trame principale du thème de naissance.

o

C’est parti pour vos premières interprétations !

Une fois que l’on a sous la main notre pyramide des dominantes, il devient très simple de concocter les premières pistes d’interprétation d’un thème astral. On a sous les yeux notre ciel de naissance, on découvre par exemple un natif Bélier avec un type Jupitero-Martien qui émerge et ça y est, on peut déjà brosser quelques analyses de base !

Ensuite, on peut très rapidement approfondir un thème en observant les potentielles relations (aspects) entre les dominantes elles-mêmes et dégager une structure astrale essentielle du ciel de naissance étudié. On devine aisément qu’un carré en T composé de trois planètes dominantes aura une importance cruciale dans la lecture d’un thème astral ! Par exemple, on aura immédiatement une petite idée de ce qu’un carré en T formé par un Uranus au MC, un Neptune à l’AS et d’une Vénus en Taureau\Maison VII pourrait donner chez une personne : des goûts artistiques et esthétiques particulièrement originaux voire un peu loufoques ; des inspirations incroyablement novatrices et en avancent sur leur temps ; des difficultés relationnelles dû en même temps à de très fortes projections affectives idéalisées et des aspirations à une absolue indépendance ; un mysticisme technophile vécu très concrètement dans un groupe fraternel ; des dons musicaux rocambolesques ; etc. Dans cet exemple, nous saurons alors que ces traits de personnalités-là seront envisagés comme « dominants ».

Configuration d'aspects astrologiques dominant.

Carré en T dominant entre Uranus, Neptune et Vénus.

Et puis, pour finir, on pourra progressivement inclure tous les autres éléments astraux du thème en les « moulant » à ces « structures de planètes dominantes » et ainsi avoir une vision interprétative globale du thème natal. Pour rependre succinctement l’exemple ci-dessus, si notre Urano-Neptuno-Vénusien est en plus Bélier avec un Mars en Gémeaux, on pourrait supposer qu’il ait le « rythme dans la peau » et qu’il ait des talents fous pour devenir un batteur complètement enflammé dans un groupe de musique tout aussi endiablé et un poil provocateur !

l

Mais maintenant que vous êtes arrivés au bout de ce tutoriel, c’est à vous de vous emparer de vos cartes célestes fétiches afin de vous exercer à trouver facilement toutes ces fameuses dominantes astrales. Elles n’attendent que vous ! D’ailleurs, si vous bloquez quelque part pour les trouver, n’hésitez pas à demander de l’aide et du soutien dans les commentaires. Vous pouvez également échanger vos retours sur cette méthode, en proposer d’autres, témoigner de votre expérience en la matière,… La discussion est ouverte !

l

l

Guillaume Cosnier – Tous droits réservés sur le texte.

www.cinquiemesoleil.com


Vous avez trouvé l’article génial ou, même mieux, l’ensemble des articles se trouvant sur ce blog vous plait un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ? Et bien alors n’hésitez plus à en soutenir l’unique auteur en lui offrant un sympathique petit don ! Oui, à la hauteur du prix d’une bonne tisane à la camomille, par exemple ! En vous remerciant d’avance pour votre généreux geste.


 

2 Comments

  1. Très bon tuto ! Tu mets tout de suite le doigt sur un point très important pour tout étudiant astrologue : la hiérarchisation des éléments ! Éviter d’être pris dans le ping pong superficiel entre les aspects est une gageure pour les débutants et la mise en pratique de ces conseils joliment structurés et synthétisés dans cette méthode en aidera de nombreux à faire des bonds de géant dans l’art de l’interprétation. Vivement les tutos suivants !
    Par rapport à ce sujet des dominantes et du noyau autour duquel s’organise un thème, je te soumet une réflexion de Bernard Duchatelle que tu connais probablement. Il semblerait qu’il place au coeur de toute l’interprétation non pas une planète ou un signe, mais l’Aspect dominant, plus l’aspect est précis- et naturellement implique des planètes importantes pour le natif-plus il est à considérer comme fo’damental dans la dteucturation du thème. Par exemple un carré Lune Saturne très exact ou quelque autre aspect vraiment marqué dans une carte prendra le pas dans la personnalité qui aura forte tendance à se construire- donc à utiliser toutes ses Planètes- pour tenter de palier aux tensions qu’impliquent un tel aspect Peu importe alors que la lune soit vierge ou le saturne sagitaire, la nature de leur interaction prime et se manifeste puissamment dans le caractère. Les signes ne viendront qu’ensuite pour colorer tout cela et donner plus de précisions.
    J’ai trouvé cette façon d’identifier les aspects majeurs en premier lieu dans un thème intéressante et finalement assez rare.
    Une réflexion intéressante sur ce sujet si important de ce qui prime dans un thème et doit attirer notre attention.
    En tous cas merci pour cet article et bravo pour ta plume si agréable à lire.
    A bientôt
    Maël Galland

  2. Merci pour tes compliments, Maël, ça fait plaisir ! Et puis merci aussi pour ce complément intéressant sur les aspects dominants, éminemment important à prendre en considération également.

    @ bientôt pour d’autres tutos !

Participez à la vie du blog !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.